english  |  français |  español  Voir les fils RSSFils RSS  Accueil  |  Contacts  |  FAQs  |  Recherche  |  Plan du site  |  Politique en matière de divulgation de l’information
 
Le volontariat protègent les enfants et leurs droits

21 décembre 2011

Gitega, Burundi: Au Burundi, les Comités de protection de l’Enfance sont à l’initiative de la communauté. De par la coutume, la communauté est la première tutrice des enfants après les parents et a le devoir de les protéger. Les Comités de protection de l’Enfance sont formés de villageois volontaires qui représentent leur communauté et bénéficient du soutien d’organisations non gouvernementales pour créer un environnement qui protège les enfants et défend leurs droits.

« Afin de valoriser et d’institutionnaliser le travail de ces structures à base communautaire, le gouvernement burundais a décidé en 2011 de les harmoniser, de les légaliser et de les appuyer autant que possible dans le cadre de sa Politique Nationale en faveur des Orphelins et autres Enfants Vulnérables », explique Masala Boly, Volontaire des Nations Unies. Elle est en poste à Gitega au bureau de l’UNICEF qui soutient les efforts du gouvernement pour la défense des droits de l’enfant.

« La tâche est immense, car au Burundi les violations des droits de l’enfant sont nombreuses et 10 pour cent de la population mineure est orpheline ou considérée vulnérable », confie la volontaire. Elle et ses collègues de l’UNICEF font des missions régulières sur le terrain dans les provinces de Ngozi et de Kayanza au nord du pays. Le but est d’effectuer un suivi soutenu du processus d’harmonisation des Comités de protection de l’Enfance et d’application de standards de qualité satisfaisant les besoins des enfants en nourriture, santé, éducation et hygiène.

Les Comités de protection de l’Enfance fonctionnent sur la base d’un volontariat. « Ayant pour base le volontariat, le Comité de protection de l’Enfance ne pose comme condition à la participation des membres que l’assurance de leur dignité et leur sensibilité à la cause des enfants, mais ne promet aucune rémunération », souligne Masala Boly.

Après avoir identifié les partenaires pouvant aider à restructurer les 227 Comités de protection de l’Enfance de la province de Gitega, Masala Boly et ses collègues ont rédigé pour l’UNICEF une proposition de projet. Depuis le mois de septembre, le projet est une réalité. « Nous nous sommes rendus dans chaque commune de Gitega afin de sensibiliser les autorités communales et les leaders communautaires aux changements à venir.  Maintenant, il nous reste à organiser des réunions communales ainsi qu’à appuyer le processus à proprement parler d’harmonisation de ces structures communautaires », conclut Masala Boly.

Le programme VNU est administré par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)