english |  français |  español Voir les fils RSSFils RSS  Accueil  |  Contacts  |  FAQs  |  Recherche  |  Plan du site  |  Politique en matière de divulgation de l’information
Journée internationale de la femme : déclaration de la Coordonnatrice exécutive du programme VNU

In Sudan, more than 1000 women and men from several organizations paraded through the main streets of Nyala to speak out against gender-based violence during the 16-day campaign which ran from 25 November to 10 December 2011.  (UNV, 2011)In Sudan, more than 1000 women and men from several organizations paraded through the main streets of Nyala to speak out against gender-based violence during the 16-day campaign which ran from 25 November to 10 December 2011. (UNV, 2011)
08 mars 2012

Bonn, Allemagne: Selon le Rapport sur la situation du volontariat dans le monde publié en 2011 par le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU), le temps de volontariat que les femmes et les hommes mettent a disposition est a peu près le même. Pourtant, et sans mentionner l’égalité des sexes, le rapport stipule également que « le volontariat renforce les rôles dévolus aux deux sexes » et que l’action volontaire des femmes dans nombre de pays, comme les soins prodigués aux enfants et aux personnes âgées dans les hospices, « est perçu comme un prolongement de leur rôle maternel. » (RSVM Chapitre 1 page 12)

En dépit de ces conclusions, et pour nous qui travaillons dans les domaines de la paix et du développement durable, le volontariat joue de plus en plus le rôle d’un premier pas pour les exclus, y compris les femmes et les jeunes, vers une intégration sociale et une collaboration économique, politique et éducative au sein de leurs communautés.

La Journée internationale de la femme nous permet de considérer les contributions inestimables qu’apportent les femmes du monde entier. Aujourd’hui se caractérise également par les défis qu’il nous reste encore à relever pour parvenir à l’égalité des sexes. Mais nous nous devons de célébrer aussi les bénéfices d’ores et déjà acquis.

C’est d’autant plus significatif pour le programme VNU. En 1997, Olufunmilayo (Fummi) Balogun, Volontaire des Nations Unies au Nigéria, fit figure de pionnière quand elle prit ses fonctions à Malawi comme la première spécialiste de la condition féminine. Avant 2000, son équipe était formée de 20 spécialistes supplémentaires, y compris un homme.

En 2011, 60 Volontaires des Nations Unies, nationaux et internationaux, spécialistes de la condition féminine, sont présents dans 25 pays.
Ces femmes et ces hommes représentent 31 nationalités et mènent a bien des missions de paix et de développement orientées vers la progression de l’égalité des sexes ; y compris combattre la violence sexiste, aborder l’identité sexuelle dans la prévention et le traitement du SIDA, promouvoir l’égalité des sexes et les droits fondamentaux, intégrer les démarches sexospécifiques et la gouvernance démocratique.

C’est à travers les missions et les projets de collaboration de son programme que le programme VNU contribue à la participation des femmes dans les prises de décisions, qu’il encourage les services et les politiques orientes  vers les disparités entre les sexes et qu’il agit pour empêcher la violence sexuelle et sexiste.
En outre, en 2011, le programme VNU a fait preuve d’un progrès considérable en équilibrant la représentation des sexes au sein de son propre personnel. Suite à quoi, 46% de l’ensemble des Volontaires des Nations Unies internationaux en 2011 sont des femmes.

Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) travaille continuellement pour que la responsabilisation des femmes et des jeunes soit partie intégrante dans la réalisation du développement durable. Le programme VNU considère que, souvent, les femmes sont responsables d’impact significatif quant au changement des conditions qui les entourent. Elles y parviennent en s’engageant volontairement au service de leurs communautés. Le programme VNU encourage le volontariat comme un moyen pour les femmes d’acquérir les compétences, l’expérience et la confiance en elles qui leur permettront d’exprimer leurs doutes, d’influencer les prises de décisions et de prendre la place qui leur revient au sein de leurs communautés.

Dans son programme d’action des cinq prochaines années, Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies, soulignait récemment l’importance de prendre conscience des besoins des femmes et des jeunes afin de s’assurer de leur participation pleine et entière à la consolidation de la paix et au développement socio-économique. Travailler pour et en collaboration avec les femmes et les jeunes est une des cinq priorités de Ban Ki-moon.

Le programme VNU coopère autant avec ses partenaires civils qu’avec les Nations Unies au développement des aptitudes des femmes et des jeunes afin de s’assurer qu’ils s’engagent pleinement dans leurs communautés. Nous continuerons sur notre lancée. L’engagement du programme VNU d’apporter aux femmes les moyens de prendre leur destin en main est sans appel.

Le programme VNU est administré par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)