english |  français |  español  Voir les fils RSSFils RSS  Accueil  |  Contacts  |  FAQs  |  Recherche  |  Plan du site  |  Politique en matière de divulgation de l’information
 
Créer des réseaux de connaissances

27 mai 2000

BONN: Dans le Gouvernement de Sharkeya, en Égypte, les étudiants, les aspirants à la direction d'entreprise et les agents sanitaires, parmi beaucoup d'autres, font appel à de nouvelles sources d'information. Ils se rendent par centaines dans les centres communautaires d'accès à la technologie (CCAT), financés par le PNUD, où des Volontaires donnent une formation pratique à l'ordinateur et à l'Internet. Le projet est déjà reproduit ailleurs en Égypte et les pays voisins en prennent note.

Les Volontaires, nationaux ou internationaux, introduisent la population à la technologie, offrant des conseils sur la manière d'utiliser les instruments de travail modernes pour venir en aide aux communautés dans des domaines tels que la santé, l'éducation et la création de petites entreprises. Les Volontaires vont dans les villages avec des ordinateurs portatifs pour expliquer comment les agriculteurs peuvent aussi en tirer parti. Un Volontaire a aidé un étudiant en ingénierie de l'Université Zagazig à former une association de campus et à créer un site Web afin de se mettre en rapport avec des universités du monde entier et d'échanger avec elles des données scientifiques et des idées. De cette manière, des liens ont été établis au niveau mondial, rendant possible une interaction productive.

En 1999, les Volontaires ont créé d'autres réseaux de connaissances, soucieux également de promouvoir le volontariat avant l'Année internationale des Volontaires, 2001:

  • Reconnaissant la longue expérience des VNU en matière de promotion du service volontaire au niveau local, le Gouvernement népalais les a invités à étudier les moyens de mettre au point un programme pour aider le pays à répondre aux préoccupations sociales grâce à l'action de volontaires nationaux.
  • Les VNU ont lancé une initiative dans le cadre de laquelle des Volontaires nationaux sont affectés à renforcer le secteur du volontariat et à promouvoir l'activité des groupes locaux de volontaires.
  • Les VNU et le Centre pour la recherche sur le déve- loppement (ZEF) de l'Université de Bonn ont copatronné une étude comparative destinée à évaluer les contributions des volontaires dans les pays industrialisés et les pays en développement.

Les VNU maximisent leur impact en formant des équipes mixtes de Volontaires internationaux et nationaux, qualifiés et équipés pour comprendre les besoins locaux et y répondre.

Karim Kasim
Grâce à son travail en tant que spécialiste national de l'éducation, le Volontaire égyptien Karim Kasim, 23 ans, a réalisé son objectif d'être un "citoyen du monde" tout en jouant un rôle à l'échelon local. Il éveille l'intérêt pour l'Internet dans les rues et les écoles de Zagazig (Égypte), expliquant aux élèves des écoles et aux étudiants de l'université comment se connecter et avoir accès au matériel pédagogique dans l'espace cybernétique. Montrant sa sollicitude pour les défavorisés, il a enseigné à des groupes d'orphelins comment se servir d'un ordinateur. "Le travail bénévole a toujours été un côté de ma personnalité", dit-il. Tout en achevant de préparer son diplôme de botanique, Karim a fait fonction d'animateur volontaire de jeunes et a pris du temps sur ses études pour servir de "grand frère" et de répétiteur dans un orphelinat de garçons. Il a goûté au bénévolat à l'étranger par l'entremise d'un programme international de jeunes, ce qui lui a donné l'expérience d'organiser des activités de jardinage et de nettoyage dans des centres de personnes âgées, des bibliothèques et des écoles dans son propre pays et au Canada.

Le programme VNU est administré par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)