Éducation : des réfugiés Volontaires ONU au service des réfugiés

Actualités
15 juin 2017
Beirut, Liban

Pour répondre aux besoins en éducation des enfants palestiniens réfugiés arrivant de Syrie – déplacés à deux reprises en raison du conflit dans la région – l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) au Liban cherchait un moyen de recruter des enseignants. En 2015, l’UNWRA a donc contacté le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU). L’UNRWA voulait s’assurer que ces enfants reçoivent une éducation qui les aiderait à surmonter les traumatismes du conflit et qui leur donnerait la possibilité de réussir dans la vie, malgré les circonstances défavorables les affectant.

Etab Ahmed Eid est une réfugiée palestinienne devenue Volontaire ONU au Liban. Elle confère une classe d'arabe dans l'école Nablus à Saida, Liban, aux réfugiés palestiniens qui ont fui de la Syrie. (Scopio, VNU, 2016)

Au Liban, l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) fournit des services d’éducation aux jeunes palestiniens, qui ne doivent pas être privés de leur droit aux études même s’ils sont des réfugiés. L’UNWRA s’appuie sur un réseau d’écoles gérées depuis les camps de réfugiés pour tenir son engagement de fournir à tous les enfants palestiniens réfugiés une éducation de qualité, juste, inclusive et conforme au programme d’études libanais, de manière à ce qu’ils puissent passer les examens officiels à la fin du cycle préparatoire (brevet) et du second cycle (baccalauréat). Avec ces diplômes, les jeunes réfugiés auront ensuite la possibilité de poursuivre des études postsecondaires puis de chercher et de trouver un emploi, malgré la précarité de leur situation. 


La solution élaborée par le programme des Volontaires des Nations Unies a consisté à recruter des réfugiés palestiniens en tant que Volontaires des Nations Unies, une stratégie qui permet de renforcer les compétences des réfugiés palestiniens tout en répondant aux besoins de leurs communautés au Liban. Les élèves et les enseignants se sont félicités de l’aide supplémentaire fournie par les Volontaires ONU. L’esprit et l’enthousiasme de ces derniers participent à la réussite des jeunes palestiniens dans leurs études et les aident à s’intégrer dans leur nouvelle communauté. En 2016 et 2017, sur les 36 088 élèves inscrits dans les 67 écoles de l’UNRWA, 5 251 étaient des enfants palestiniens réfugiés récemment arrivés de Syrie.


L’esprit et la pratique du volontariat apportent une valeur ajoutée considérable à l’UNRWA et à ses services. Nous cherchons à aider les réfugiés palestiniens au Liban en facilitant un contact direct entre les personnes grâce à la fourniture de nos services et à l’aide des volontaires, explique Claudio Cordone Directeur aux affaires de l’UNRWA.


Le programme VNU, partie intégrante de la solution


Les Volontaires des Nations Unies apportent une contribution essentielle aux activités de l’ONU dans la réalisation des objectifs de développement durable, en particulier auprès des personnes en situation de transition ou de crise. Ils font la différence au sein des communautés dans lesquelles ils travaillent en apportant leur aide et en étant des agents actifs du changement. Le volontariat offre à tout un chacun, notamment aux membres des groupes marginalisés, aux femmes et aux jeunes, la possibilité de faire entendre sa voix et de voir ses actions reconnues.


« Fournir des enseignants supplémentaires faisait partie de la réponse apportée par l’UNRWA dans le cadre de l’initiative Non à une génération perdue destinée aux enfants de la Syrie et visait aussi à soutenir ses programmes d’éducation en situation d’urgence. À l’époque, le programme des Volontaires des Nations Unies a constitué la solution appropriée : aux côtés des enfants palestiniens réfugiés se trouvant déjà au Liban, les enfants syriens ont bénéficié d’un soutien supplémentaire et d’un encadrement spécifique tout en suivant des cours en classe normaux, ce qui a facilité leur transition depuis le programme d’études syrien vers son équivalent libanais », souligne Claudio Cordone.


Le volontariat renforce le sentiment d’appartenance au sein des communautés de réfugiés


Grâce au volontariat, le programme des Volontaires des Nations Unies a fourni la solution qui s’imposait pour relever le défi auquel l’UNRWA était confronté. Le programme VNU a également permis à des enseignants qualifiés de rendre à la communauté des réfugiés palestiniens un peu de ce qu’ils en avaient reçu et de fournir une éducation aux enfants de cette communauté (arrivant de Syrie ou déjà au Liban).


« L’UNRWA soutient le principe du travail ou de l’action volontaire des réfugiés en faveur de leur propre communauté de réfugiés ou d’autres communautés de réfugiés, ajoute M. Cordone. Nous cherchons à favoriser ce principe dans nos écoles, à travers l’exemple des parlements d’élèves qui s’engagent à soutenir leurs communautés et grâce à l’appui des Volontaires des Nations Unies. L’UNRWA se félicite du soutien apporté par le programme des Volontaires des Nations Unies à cet égard, qui met en pratique ses propres valeurs ainsi que celles des Nations Unies en défendant le droit des enfants à l’éducation. »


En plus d’encourager les réfugiés à travailler avec les réfugiés, l’UNRWA cherche à accroître et à renforcer les capacités de la communauté des réfugiés palestiniens, en collaboration avec ses partenaires. Dans ce contexte, et dans le cadre du programme d’études des écoles secondaires, les élèves réalisent des projets de service communautaire en partenariat avec des parties prenantes et des organisations non gouvernementales. Tout au long de l’été 2016, le programme VNU a appuyé des projets communautaires similaires. Par exemple, avec le soutien de Volontaires ONU et de conseillers en matière de santé, les programmes d’études scolaires ont été présentés aux mères des communautés de réfugiés, qui ont également reçu une formation sur les questions de santé et d’hygiène. 


« Le partenariat avec le programme des Volontaires des Nations Unies est particulièrement important pour l’UNRWA, ajoute M. Cordone. Non seulement ce partenariat aide les enfants palestiniens réfugiés de Syrie à surmonter les traumatismes issus du conflit tout en contribuant à l’éducation des réfugiés palestiniens se trouvant déjà au Liban, mais il permet aussi aux professionnels issus de la communauté de réfugiés palestiniens d’aider ces enfants et de leur redonner espoir. Il s’agit d’un excellent exemple de l’approche “Unis dans l’action” des Nations Unies au Liban et du travail commun que nous menons en faveur de l’éducation des enfants palestiniens réfugiés qui vivent au Liban. »