Des Jeunes Volontaires des Nations Unies à Bonn avant leur déploiement en Afrique, en Asie et en Europe

Actualités

Du 6 au 9 mars, vingt-huit Jeunes Volontaires des Nations Unies participent à une formation en préparation de leur prochaine affectation au sein de programmes des Nations Unies déployés dans plusieurs pays du monde et répartis sur trois continents. Bonn, Allemagne : Du 6 au 9 mars, vingt-huit Jeunes Volontaires des Nations Unies participent à une formation en préparation de leur prochaine affectation au sein de programmes des Nations Unies déployés dans plusieurs pays du monde et répartis sur trois continents.

Stepanka Pechakova (Czech Republic) fully funded UN Youth Volunteer Communications, Outreach and Youth Officer in Ulaanbaatar, Mongolia
Stepanka Pechakova, est une Jeune Volontaire ONU de la République Tchèque dans une école en Mongolie. Stepanka est l'une des 418 Jeunes Volontaires ONU qui a sensibilisé le volontariat pensant leur affectation. (programme VNU, 2015)

Cette formation est essentielle à la préparation de ces jeunes volontaires pour leur transmettre l’information nécessaire sur le rôle des Jeunes Volontaires au sein d’une mission des Nations Unies.

Les gouvernements de la Répupblique de Corée, du Luxembourg, de l’Irlande et de la Chine soutiennent financièrement l’affectation de ces Jeunes Volontaires de l’ONU. Au terme de leur formation, ces jeunes seront en poste dans des pays tels que la Birmanie, la Bosnie-Herzégovine, l’Éthiopie, les îles Fidji, le Ghana, l’Inde, l’Indonésie, le Kosovo, la Mongolie, l’État de Palestine, le Panama, le Sri Lanka, le Timor-Leste, le Zimbabwe, le Vietnam, le Sénégal, le Kenya, le Malawi, la Tanzanie, Ouganda, la Zambie et la Thaïlande.

Ces Jeunes Volontaires ONU seront affectés au sein de onze agences partenaires des Nations Unies pour travailler en première ligne dans des opérations de terrain concernant le maintien de la paix, le développement et l’aide humanitaire.

Au-delà du rayonnement à l’échelle internationale et de l’expérience acquise au sein du système des Nations Unies, les efforts déployés par les Jeunes Volontaires des Nations Unies permettent de promouvoir le volontariat comme une solution intéressante vers l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement. Ces Jeunes Volontaires ONU sont les mieux placés pour inciter les communautés locales à participer à l’action, et rendre possible ce qui semble impossible.

La jeunesse constitue un important segment de la population dans les pays où les Jeunes Volontaires ONU seront déployés. Promouvoir auprès des jeunes des sujets tels que le maintien de la paix, l’égalité des genres, l’éducation, l’innovation, le développement communautaire et l’action pour le climat est une initiative non seulement positive, mais elle agit en tant que précurseurs essentiels du développement dans un contexte de mondialisation.

Sophie Kräuchi Guillen, une Jeune Volontaire de l’ONU sous financement intégral de la Suisse, est en poste en Bosnie-Herzégovine auprès de l’UNICEF pour la promotion des droits des enfants et l’inclusion sociale. Elle s’est rendue à Bonn pour raconter son expérience de la formation. « J’appuie le Bureau de pays de l’UNICEF par le biais d’initiatives pour accélérer la réalisation universelle des droits de l’enfant en favorisant une plus grande inclusion sociale. Cela vise les enfants handicapés, les enfants des minorités, notamment les Roms et les enfants dans les communautés marginalisées et pauvres. »

De plus, Sophie a activement contribué à l’initiative IT Girls et a commenté son expérience. « Conjointement avec un groupe de Volontaires nationaux des Nations Unies, de stagiaires et de jeunes collègues, nous étions capables de faire disparaître les stéréotypes basés sur le genre pour les femmes dans le domaine de la technologie de l'information et de la communication (TIC) en permettant aux jeunes filles de développer des compétences en codification, de renforcer leur confiance et de contribuer à leur autonomisation afin qu’elles considèrent le domaine de la programmation informatique. »

Paul Pointillart, dont l’affectation est entièrement financée par la France, était un Jeune Volontaire des Nations Unies en poste pour le suivi et l’évaluation en compagnie du Coordonnateur résident du Bureau de pays des Nations Unies au Cap-Vert. Sa mission a pris fin en 2016. Il s’est rendu à Bonn pour partager son expérience. « Au cours de ma mission, j’ai été le point focal pour le suivi et l’évaluation du Plan-cadre des Nations Unies pour l'aide au développement (PNUAD) au Cap-Vert. J’ai participé au suivi de la mise en œuvre d’un certain nombre de programmes et d’initiatives interinstitutions conjointement avec les 17 entités de l’ONU actives au Cap-Vert. » Paul a également discuté de sa contribution au Bureau du coordonnateur résident, incluant les tâches de coordination, de financement, de partenariat, et de déploiement d’un plan d’action pour la mise en œuvre des OMD à travers le pays.

Les nouveaux Jeunes Volontaires des Nations Unies désignés seront affectés au sein d’entités et de programmes, notamment le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), l’Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes (ONU femmes), le Programme commun des Nations Unies sur le VIH et le sida (ONUSIDA) et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Au cours de l’année 2016, 6 590 Volontaires des Nations Unies ont été déployés dans 126 pays. Le déploiement de 418 d’entre eux, dont les Jeunes Volontaires, ont été financés intégralement par les partenaires du programme VNU. Volontaires des Nations Unies travaille en partenariat avec les gouvernements et les universités, les organisations de la société civile et le secteur privé pour financer des affectations en volontariat de l’ONU par le biais du Programme de financement intégral du programme VNU.