Des volontaires communautaires pour aider à prévenir la tuberculose

Actualités

En février 2014, 25 volontaires communautaires ont reçu une formation dans le cadre du programme conjoint des Nations Unies « Sustaining livelihoods affected by the Aral Sea disaster » (Moyens de subsistance durables dans les zones affectées par la catastrophe de la mer d’Aral) afin qu’ils aient une meilleure connaissance des risques de la tuberculose et d’autres maladies respiratoires chroniques pouvant affecter la population de cinq districts du Karakalpakstan. Cette année, 75 formations de ce type seront organisées, formant ainsi 1 500 volontaires dans le cadre de ce programme. L’objectif de ces formations – organisées par le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) – est de sensibiliser la population aux maladies liées à la dégradation environnementale et au changement climatique, ainsi que de promouvoir un mode de vie sain dans la République du Karakalpakstan.

Des volontaires communautaires sont formés à la prévention de la tuberculose et d’autres maladies respiratoires. Ils formeront à leur tour la population de leurs communautés. (Programme VNU, 2014)

En février 2014, 25 volontaires communautaires ont reçu une formation dans le cadre du programme conjoint des Nations Unies « Sustaining livelihoods affected by the Aral Sea disaster » (Moyens de subsistance durables dans les zones affectées par la catastrophe de la mer d’Aral) afin qu’ils aient une meilleure connaissance des risques de la tuberculose et d’autres maladies respiratoires chroniques pouvant affecter la population de cinq districts du Karakalpakstan.

Cette année, 75 formations de ce type seront organisées, formant ainsi 1 500 volontaires dans le cadre de ce programme.

L’objectif de ces formations – organisées par le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) – est de sensibiliser la population aux maladies liées à la dégradation environnementale et au changement climatique, ainsi que de promouvoir un mode de vie sain dans la République du Karakalpakstan.

Des formateurs médicaux professionnels du Ministère de la santé du Karakalpakstan, et les volontaires communautaires formés par le programme VNU et le programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) partagent les dernières informations et statistiques concernant la prévention de la tuberculose, de la tuberculose multirésistante, de l’asthme, de la pneumopathie chronique obstructive et des autres maladies respiratoires.  

La formation porte également sur les techniques d’animation et d’accompagnement (coaching) et donne en exemple des projets de volontariat réussis de par le monde.

Les volontaires qui ont participé à la première session sont des professeurs d’université et des étudiants, des représentants des conseils de villages, et des professionnels de la santé, entre autres. La formation a mis l’accent sur les compétences en matière de coaching, étant donné que ces formateurs de première ligne seront chargés de faire partager leurs connaissances dans leurs communautés une fois de retour dans leur région d’origine.

Les compétences qu’ils ont acquises seront mises à profit lors de formations qui seront organisées dans les districts de Muinak, Shumanay, Karauzyak, Kegeyli et Nukus au cours de l’année.

Dans le cadre de ce programme conjoint, le programme VNU travaille en étroite collaboration avec le Ministère de la santé de la République du Karakalpakstan, le Comité de la femme, la branche de l’Institut médical pédiatrique de Tashkent située à Nukus, le Fonds « Makhalla », l’association des infirmières du Karakalpakstan, les institutions de formation supérieure et les Hokimiyats (autorités locales et régionales).

Impliquer des volontaires communautaires dans les soins de santé et les services de base est une approche très répandue à l’échelle mondiale pour remédier à certains challenges, en particulier dans les zones rurales.

Les Nations Unies travaillent avec des volontaires communautaires au Karakalpakstan depuis 2009. Grâce à une forte appropriation de la part des ONG et gouvernements locaux, cette approche paraît prometteuse dans le combat contre les graves effets de la catastrophe de la mer d’Aral sur la population du Karakalpakstan.