Le programme VNU répond à la crise alimentaire

Actualités
Sila Mohammed Kon, chef de la communauté de Wulu Gedim (Soudan du Sud), participe à une réunion de sélection d’animateurs afin d’aider la communauté à diriger son propre développement et à parvenir à la sécurité alimentaire. (Programme VNU, 2016)
Sila Mohammed Kon, chef de la communauté de Wulu Gedim (Soudan du Sud), participe à une réunion de sélection d’animateurs afin d’aider la communauté à diriger son propre développement et à parvenir à la sécurité alimentaire. (Programme VNU, 2016)

LA SOMALIE, LE SOUDAN DU SUD, LE YÉMEN ET LE NIGERIA FRAPPÉS PAR LA CRISE ALIMENTAIRE


Pour certaines des populations les plus vulnérables de la planète, en Afrique de l’Est et ailleurs, l’intensification de la famine est une réalité persistante. Pour des pays comme la Somalie, le Soudan du Sud, le Yémen et le Nigeria, qui doivent en outre subir les effets de la guerre civile, de la pauvreté et du terrorisme, l’aide humanitaire est une nécessité croissante et en augmentation constante.


En partenariat avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (BCAH) et l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) respecte son engagement d’alléger les contraintes imposées par la faim et de remédier aux problèmes liés à la famine, grâce au déploiement de Volontaires des Nations Unies hautement qualifiés.


Les famines sont causées par de nombreux facteurs, tels que la sécheresse, la pauvreté, les conflits et le manque de ressource permettant de soutenir l’agriculture. L’un des principaux défis que les organisations humanitaires doivent relever est d’entrer en contact avec les communautés rurales ou les migrants, qui quittent leur foyer et partent à la recherche d’un environnement plus stable. Dans un tel contexte, les famines exercent une contrainte encore plus lourde sur les populations vulnérables comme les femmes enceintes, les personnes âgées, les enfants et les réfugiés ou les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays.


NOTRE RÉPONSE SUR LE TERRAIN


Le programme des Volontaires des Nations Unies est déterminé à garantir que toute personne, où qu’elle se trouve, puisse accéder à une nourriture saine et bénéficier d’un régime alimentaire nutritif de manière régulière, conformément à l’objectif de développement durable 2 visant à « éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable » pour tous.


Dans ce but, les Volontaires des Nations Unies soutiennent les efforts déployés par le système des Nations Unies pour combattre la crise. C’est le cas de la Volontaire des Nations Unies Aleksandra Risteska, qui travaille auprès du BCAH, en Somalie, dans le domaine de la communication de crise. Aleksandra a pour objectif de sensibiliser le public aux efforts des Nations Unies et de faire savoir où, quand et comment les communautés pourraient recevoir de l’aide au cas où elles seraient touchées par la famine. Le BCAH en Somalie a élargi sa campagne d’information publique sur l’action contre la sécheresse, et Aleksandra, avec d’autres collaborateurs, a trouvé de nouvelles façons d’informer la population dans les régions isolées.


Le Volontaire des Nations Unies Solomon Bekele participe aussi à la lutte contre la famine avec l’UNESCO, au Soudan du Sud. Solomon travaille dans le cadre d’un projet ciblant les communautés d’une zone où sévissent des conflits récurrents provoqués par l’insécurité alimentaire, le chômage des jeunes et le vol de bétail. L’accès à l’éducation est une autre difficulté à laquelle ces communautés doivent faire face, et tous ces éléments, associés à la famine qui menace de s’abattre sur la région, font de la sécurité alimentaire un problème urgent.


Dans le nord-est du Nigeria, toutes les agences des Nations Unies sont appelées à intensifier leurs efforts et à continuer à fournir une aide essentielle aux communautés touchées par le conflit et l’insécurité alimentaire. Comme l’a souligné Geoff Prewitt, chef de section de la programmation du développement pour le programme VNU, lors d’une récente mission dans ce pays : « En tant qu’organisme collectif, nous avons la possibilité d’éviter d’avoir un jour à regarder en arrière et de nous dire : “nous aurions pu faire plus, nous aurions dû faire plus". »


En temps de crise, le rôle crucial des volontaires ne doit jamais être sous-estimé. Le programme des Volontaires des Nations Unies est prêt à déployer au Nigeria tout le personnel nécessaire pour suppléer les ressources des agences de l’ONU dans le pays. De plus, les partenariats que nous avons conclus avec plus de 30 agences de l’ONU nous permettent de mobiliser des Volontaires des Nations Unies de façon rapide et efficace dans une vaste gamme de domaines, notamment dans ceux de la santé, de l’assainissement, de l’agriculture, de la logistique, de la protection de l’enfance, de la gestion des approvisionnements et plus encore.


TRAVAILLER EN PARTENARIAT POUR AGIR DE MANIÈRE EFFICACE


Les Volontaires ONU sont prêts à travailler pour des projets des Nations Unies dans tous les environnements de développement et de consolidation de la paix, y compris dans certains des contextes les plus difficiles et des lieux les plus isolés. Ils travaillent souvent au sein des communautés locales afin d’exploiter les synergies entre connaissances locales et solutions expertes.


Les Volontaires des Nations Unies constituent également une ressource flexible et économique pour assurer le déploiement, les retombées et la durabilité des interventions en faveur de la paix et du développement, y compris dans des situations de crise et d’après-crise. L’association du programme des Volontaires des Nations Unies avec le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) pour assurer la distribution de nourriture aux communautés affectés par le virus Ebola en 2014 est un exemple historique de partenariat.


Les Volontaires des Nations Unies peuvent offrir leurs services dans plusieurs domaines techniques tels que l’agriculture, l’industrie de la pêche, la sylviculture ou les ressources naturelles ainsi que dans ceux de la logistique, des transports et de la distribution de nourriture. De nombreux Volontaires ONU déployés actuellement auprès de la FAO travaillent dans des domaines allant de la régénération des sols jusqu’à nutrition en passant par la participation des jeunes, entre autres. De plus, le 16 juin 2017, nous avons signé un nouveau mémorandum d’accord avec la FAO afin de donner la possibilité aux jeunes et aux experts souhaitant mettre leur temps et leurs compétences à contribution de rejoindre le combat contre la faim et la pauvreté rurale.


Le service Volontariat en Ligne, un service du programme VNU qui est en pleine expansion, constitue un autre moyen de fournir un soutien stratégique aux entités des Nations Unies. Au cours des dernières années, le programme des Volontaires des Nations Unies a facilité la mobilisation de 1 355 Volontaires en ligne ONU. Ces derniers ont participé à des projets soutenant l’objectif de développement durable 2, notamment pour l’édition et la traduction de supports de communication pour le PAM au Darfour, ou encore afin de mener des recherches sur les procédures de création d’entreprises agricoles pour le compte d’organisations à but non lucratif en Zambie.



Ce dossier a été mis à jour le 10 juillet 2017.

Sustainable Development Goal: