Le programme VNU soutient les efforts mondiaux pour la réduction des risques de catastrophe

Actualités

La journée internationale pour la réduction des risques de catastrophe se célèbre le 13 otctobre et encourage les citoyens et gouvernements à construire des nations et des communautés résilientes.

Cette journée célèbre les actions prises par les populations et les communautés pour réduire les risques de catastrophe, et pour sensibiliser sur l’importance de la réduction de ces risques.

Le programme des Volontaires de Nations Unies prend part aux efforts de la communauté internationale pour réduire l’impact des catastrophes naturelles, en soutenant aux niveaux local et national la prévention des risques et les mises en place de stratégies de réduction des risques.

La Volontaire ONU Rita de Cassia Dutra, deuxième en partant de la gauche, et les professeurs du Salvador Hidalgo Cornejo School à Guadalupe, San Vincente, entrain d'élaborer des plans pour une école idéale. Cette activité s'inscrit dans le cadre du séminaire donné sur la réduction des risques de catastrophes, qui se tient deux fois par mois à l'école avec les professeurs et les membres de la communauté (Etel Matielo, 2011, programme VNU)

La journée internationale pour la réduction des risques de catastrophe se célèbre le 13 otctobre et encourage les citoyens et gouvernements à construire des nations et des communautés résilientes.

Cette journée célèbre les actions prises par les populations et les communautés pour réduire les risques de catastrophe, et pour sensibiliser sur l’importance de la réduction de ces risques.

Le programme des Volontaires de Nations Unies prend part aux efforts de la communauté internationale pour réduire l’impact des catastrophes naturelles, en soutenant aux niveaux local et national la prévention des risques et les mises en place de stratégies de réduction des risques.

Le programme VNU soutient les pays identifiés comme étant exposés à des risques et ayant une forte vulnérabilité face aux catastrophes naturelles pour atténuer les effets de la crise et s’attaquer aux causes profondes. En 2013, 28% des fonds administrés par le programme VNU ont été alloués à des activités sur la résilience communautaire pour l'environnement et / ou à la réduction des risques de catastrophe.

Le rôle du volontariat dans la mobilisation et la gestion des volontaires est un élément important dans toute stratégie de gestion des risques de catastrophe, qui vise à favoriser le relèvement de la communauté, de la force et de la résilience dans les zones vulnérables. Les gouvernements à travers le monde en sont conscients et les Volontaires des Nations Unies soutiennent activement les gouvernements et les communautés locales dans leurs efforts pour une réduction des risques de catastrophe et pour plus de prévention.

Le gouvernement du Japon en partenariat avec le programme VNU, collaborent dans un important projet régional pour soutenir le Plan d’action des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe et la résilience en Asie du Sud-Est et du Pacifique.

S’appuyant sur le partenariat solide avec le Japon, l’Allemagne et la République Tchèque qui, au travers du volontariat, ont porté secours à un certain nombre de pays touchés par le Tsunami survenu dans l’Océan Indien en 2004, le projet a pour but d’obtenir des résultats en conformité avec les exigences des programmes de chaque pays et partenaires, en venant en soutien à six Coordonateurs Résidents en leur affectant un Volontaire international et un Volontaire national.

Au cours des cinq dernières années, le programme VNU a été impliqué dans des activités de réduction des risques de catastrophe dans de nombreux pays, comme l’Equateur, Haïti, l’Indonésie, les Maldives, le Pakistan et le Sri Lanka.

En 2008, l’Agence espagnole de la coopération internationale pour le développement (AECID) et le programme VNU ont mis en place un Fonds pour renforcer le rôle du volontariat dans la réduction des risques de catastrophes. Ce fonds a eu pour but de réduire la vulnérabilité des communautés face aux catastrophes naturelles, de supporter le volontariat local et de soutenir le relèvement rapide dans des pays tel que la République Dominicaine, l’Equateur et le Pérou.

« En Equateur, les établissements humains situés en zone côtières, les inondations, les sécheresses, les volcans ou la haute vulnérabilité sismique de la région andine sont des causes fréquentes de pertes de vie humaines et de perturbation économique. Associés à la pauvreté et au manque d'information, les communautés sont fortement exposées aux risques de catastrophes. Il est essentiel pour les organisations et les institutions de développer des programmes de prévention et d'atténuation qui renforcent les stratégies communautaires pour la réduction des risques de catastrophe », a déclaré Patricio Cajas, Volontaire des Nations Unies national spécialiste qui aide à renforcer les capacités des organisations de volontaires nationales pour la réduction des risques de catastrophe en Equateur en 2012.

Escuelas Vivas (Ecoles Vivantes) était une initiative tripartite Sud-Sud entre le programme VNU et les gouvernements du Brésil et du Salvador, où les capacités, les connaissances et meilleures pratiques ont été partagés entre les deux pays pour approfondir la connaissance de centaines d’étudiants, de leurs familles et des communautés locales en matière de réduction des risques et de la sécurité alimentaire.

Près de 40 activités axées sur la prévention des risques y compris des ateliers et des simulations d'évacuation pour former des étudiants et leurs familles, et aussi pour élaborer un plan de préparation aux catastrophes pour les écoles, avec le soutien de plus de 500 volontaires.

Le cadre d'action de Hyogo pour 2005-2015: pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes, reconnaît explicitement la contribution du volontariat dans la gestion de la réduction des risques de catastrophe, particulièrement dans le renforcement des capacités des communautés pour prévenir et apporter une réponse aux catastrophes.

Le volontariat est également mis en avant comme un moyen de contribuer à la résilience des communautés, à l'engagement communautaire et la bonne gouvernance pour toutes les parties prenantes, en particulier pour les plus vulnérables aux catastrophes.

Le programme VNU continuera à assigner des spécialistes nationaux et internationaux de la réduction des risques de catastrophe et à collaborer partenaire avec les agences et les équipes pays des Nations Unies pour assurer que le volontariat soit pleinement intégré dans leurs interventions dans le cadre d'action de Hyogo post-2015.