Népal : reconstruire les communautés touchées par le séisme

Actualités

À la suite du séisme survenu au Népal en 2015, le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) s’est associé au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) pour mobiliser dans les plus brefs délais 107 Volontaires des Nations Unies qui ont été déployés dans les zones touchées par la catastrophe afin d’y exercer des fonctions essentielles et de fournir des services d’aide aux victimes.

nepal_earthquake
Le Volontaire ONU Saroj Chalise (à droite) fournit l'équipement de protection personnelle (PPE) pour les participants du programme "travail contre rémunération". (Kamal Sigdel/PNUD, 2015)

Le séisme, qui a frappé le Népal le 25 avril 2015 et qui a été suivi par de nombreuses répliques, a gravement touché tout le pays : 8 790 personnes ont perdu la vie, 22 300 personnes ont été blessées et 755 549 maisons ont été endommagées ou complètement détruites.

La plupart des Volontaires des Nations Unies ayant participé au projet Gestion des débris et de la démolition du PNUD et au Programme de gestion global des risques de catastrophe (CDRMP) étaient des ingénieurs de profession, notamment des experts en agriculture, en sylviculture, en comptabilité et en soutien administratif et logistique. En coopération avec les experts en démolition du PNUD, les Volontaires ONU ont procédé à l’évaluation des bâtiments publics et privés endommagés par le séisme, dont des écoles, des postes sanitaires et des monastères.

Ils ont collaboré avec des volontaires locaux et sous la coordination d’organismes locaux de premier plan, tels le secrétariat du Comité public de développement des villages et le Forum citoyen de circonscription, afin d’effectuer des visites chez les particuliers pour réaliser les évaluations et afin d’assurer la supervision quotidienne ainsi que le contrôle de la qualité des opérations de déblaiement des décombres conduites par les brigades de volontaires.

Les Volontaires ONU ont aussi supervisé des brigades intervenant dans le cadre du programme de travail contre rémunération. Ces brigades, composées de membres des communautés, ont enlevé les quantités importantes de débris qui jonchaient les zones touchées par la catastrophe.

Il était important de mener à bien ces activités afin de garantir qu’aucun autre accident mortel ne pourrait être causé par ces décombres, de rétablir rapidement un cadre de vie sain et de créer les conditions propices à la reconstruction des maisons individuelles et des bâtiments publics. Les Volontaires des Nations Unies ont travaillé avec différentes parties prenantes ainsi qu’avec les communautés locales pour évaluer 4 060 structures endommagées par le séisme, et ils ont supervisé le déblaiement de plus de 294 279 mètres cubes de débris provenant de maisons et de bâtiments publics.

Le programme "travail contre rémunération" adopté dans le cadre des opérations de gestion des débris a fourni aux victimes du séisme un revenu d’urgence plus que nécessaire afin de permettre à la communauté de répondre aux besoins les plus pressants. Les Volontaires des Nations Unies se sont particulièrement attachés à inclure les femmes dans ce programme.

Les Volontaires ONU du CDRMP ont aussi fourni une aide technique et un appui à la gestion des projets à différentes organisations communautaires, telles que les groupes d’utilisateurs des ressources forestières, les réseaux de femmes et les comités communautaires de gestion des risques de catastrophe. En tant que responsables locaux de la mise en œuvre du programme de microfinance du PNUD, ils ont également aidé les organisations communautaires à consigner les informations recueillies lors de grandes consultations, à sélectionner les bénéficiaires et à rédiger les propositions et les rapports d’évaluation. En outre, ils ont instauré l’usage consistant à organiser des audiences communautaires sur le financement des projets, qui servent d’« audit social » participatif des projets communautaires.

La participation des Volontaires des Nations Unies au CDRMP a permis à 16 organisations communautaires d’acquérir une solide compréhension ainsi qu'une expérience pratique des différents processus du cycle de gestion d’un projet. L'engagement des Volontaires ONU a aussi contribué à l’efficacité des services d’assistance au relèvement fournis aux victimes du séisme.

De plus, les Volontaires des Nations Unies ont facilité la mise en œuvre de campagnes de sensibilisation en se déplaçant en minibus de communauté en communauté afin de distribuer aux populations locales des informations sur les principes de la construction antisismique.

Les efforts des Volontaires ONU ont été hautement appréciés par les membres des communautés, qui ont été particulièrement sensibles au fait que ces volontaires étaient venus de très loin pour apporter leur aide à un moment crucial. En travaillant avec les volontaires locaux, les Volontaires des Nations Unies ont pu nouer de bonnes relations avec les communautés et s’y intégrer rapidement, ce qui leur a permis d’établir avec les populations locales les liens de confiance et la communication saine essentiels à la mise en œuvre réussie des interventions de réaction aux séismes.

L’esprit d’équipe, de coopération et de solidarité, qui a prévalu sur les relations superviseurs/subalternes, s’est clairement manifesté lors des interactions entre les Volontaires des Nations Unies et les participants du programme travail contre rémunération. De plus, l’adoption du volontariat en tant qu’approche stratégique dans les projets du PNUD a permis à des jeunes de travailler comme Volontaires des Nations Unies, ce qui a contribué à leur intégration dans les interventions mises en place à la suite du séisme tout en développant leurs compétences individuelles et leurs aptitudes.


En janvier 2017, le programme des Volontaires des Nations Unies a publié un rapport intitulé Rebuilding with the Community after a Disaster: Volunteer Engagement in the 2015 Nepal Earthquake  [« Reconstruire avec la communauté après une catastrophe : l’engagement volontaire dans le cadre du séisme de 2015 au Népal »], qui examine le rôle du volontariat dans les interventions de réaction aux séismes sur la base du travail accompli par les Volontaires des Nations Unies déployés dans les zones touchées par la catastrophe.