Renforcer les capacités pour améliorer la santé maternelle et infantile

Actualités
28 novembre 2014
Bissau, Guinée-Bissau

En Guinée-Bissau, il y a une insuffisance en ressources humaines dans tous les domaines de la santé reproductive. Le nombre de spécialistes en gynécologie-obstétrique et de sages-femmes est insuffisant. Pour résoudre le problème et en collaboration avec les agences des Nations Unies dans le cadre de la mise en œuvre de l’initiative H4+ pour améliorer la santé maternelle et infantile, huit Volontaires des Nations Unies spécialistes en pédiatrie, en gynécologie et en anesthésiologie collaborent avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Le Dr Hernán Rodríguez (Cuba), Volontaire des Nations Unies gynécologue, est en fonction dans l’hôpital régional de Gabu, où il travaille avec une jeune équipe de médecins. (Programme VNU, 2014)

En Guinée-Bissau, il y a une insuffisance en ressources humaines dans tous les domaines de la santé reproductive. Le nombre de spécialistes en gynécologie-obstétrique et de sages-femmes est insuffisant. Pour résoudre le problème et en collaboration avec les agences des Nations Unies dans le cadre de la mise en œuvre de l’initiative H4+  pour améliorer la santé maternelle et infantile, huit Volontaires des Nations Unies spécialistes en pédiatrie, en gynécologie et en anesthésiologie collaborent avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Ces spécialistes ont pour fonction principale d’appuyer les équipes des hôpitaux de référence nationale et régionale dans l’organisation des services de pédiatrie, de gynécologie et d’anesthésiologie, de renforcer la capacité des médecins, sages-femmes et les infirmiers des hôpitaux pour la pratique des soins obstétricaux et néonataux d’urgence, ainsi que de réaliser des supervisions formatives dans les hôpitaux qui ne sont pas dotés de spécialistes, pour ainsi réduire la mortalité et la morbidité maternelles.

Quatre experts sont arrivés jusqu'à présent, dont deux gynécologues, un pédiatre et un anesthésiste.

La gynécologue, Dr Elizabeth Marino (Argentine), travaille à l’Hôpital Simão Mendes à Bissau. Dr Marino est aussi une écologiste et une défenseuse des animaux, mais surtout une défenseuse de la vie qui a rêvé de travailler comme médecin en Afrique. Dr Hernán Rodríguez (Cuba), aussi gynécologue, est en fonction à Gabu dans l’hôpital régional de Gabu, où il travaille avec une jeune équipe de médecins.

Dr Ramón Soto (Cuba), anesthésiste, travaille à l’hôpital national Simão Mendes et il avait déjà travaillé à Bafata, en Guinée-Bissau. Le Dr Rafaela Santos (Cuba), qui avait déjà travaillé dans un pays lusophone, Timor Leste, travaille dans le service de pédiatrie et à la maternité dans la section de néonatologie de l’Hôpital Simão Mendes.

En plus, quatre autres médecins sont encore attendus en Guinée-Bissau: deux pédiatres et deux gynécologues. Pendant leur séjour, les médecins volontaires vont transmettre et instruire des capacités aux confrères bissau-guinéens pour leur permettre de mieux répondre aux besoins de santé du pays.

L’initiative H4+ regroupe six agences des Nations Unies qui jouent un rôle de premier plan dans le soutien des pays pour améliorer la santé maternelle et infantile et pour accélérer les progrès vers la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement qui visent à réduire la mortalité infantile et à améliorer la santé maternelle.