Faire en sorte que personne ne soit laissé pour compte : le Programme de gestion des compétences pour les jeunes professionnels handicapés du PNUD/VNU

Actualités
01 décembre 2017
Bonn, Allemagne

Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) ont accueilli une réunion de mobilisation et de partenariat, organisée dans le cadre de leur Programme de gestion des compétences pour les jeunes professionnels handicapés. L’événement s’est tenu au siège du programme VNU à Bonn, en Allemagne. Les 70 participants présents lors de la réunion constituaient un groupe diversifié de parties prenantes et représentaient notamment des gouvernements, des organisations non gouvernementales, des organisations de personnes handicapées, des établissements universitaires, des fondations, le secteur privé et des agences de l’ONU.

Des représentants de 70 parties prenantes ont participé à la réunion d'engagement et de partenariat pour le programme Talent PNUD-VNU pour les jeunes professionnels handicapés au siège du programme VNU. (VNU, 2017)

La réunion à Bonn a fourni une occasion exceptionnelle de mettre en commun les meilleures pratiques pour soutenir le développement des capacités des jeunes professionnels handicapés et de discuter de ces pratiques. L’événement a aussi permis de déterminer les domaines de collaboration et d’échanger des idées concernant la mise en place d’environnements de travail plus inclusifs et tenant compte du handicap. Les discussions fructueuses auxquelles ont pris part les 70 participants ont aussi donné lieu à un certain nombre de conseils pratiques pour garantir la mise en œuvre réussie du Programme de gestion des compétences pour les jeunes professionnels handicapés, créé par le PNUD et le programme VNU.

L’inclusion des personnes handicapées représente l’un des plus importants enjeux actuels liés aux droits de l’homme. Les personnes handicapées sont victimes d’inégalités, de stigmatisation, d’abus et de préjugés. Le programme VNU travaillera en partenariat avec le PNUD afin d’établir des bases solides pour la mobilisation évolutive de jeunes handicapés au sein des Nations Unies. Nous souhaitons attirer de nouveaux talents afin de soutenir la réalisation des objectifs de développement durable. –Toily Kurbanov, Coordonnateur exécutif adjoint du programme VNU

L’accent a aussi été mis sur la nécessité de passer rapidement à l’action, notamment par Heike Kuhn, représentant du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement. « Assez de paroles, s’est exclamé M. Kuhn lors de la réunion. Nous voulons voir des résultats, et je pense qu’il y a urgence. » Lors de son intervention, M. Kuhn a présenté le plan d’action de l’Allemagne pour l’inclusion des personnes handicapées. Après avoir résumé les observations et les leçons tirées de ce plan, M. Kuhn a ajouté : « Ce qui est important, c’est l’approche "rien ne se fera pour nous sans nous". Les personnes handicapées doivent être présentes autour de la table lors des discussions, car elles ont diverses compétences et apportent beaucoup de force, d’innovation et d’énergie. »

Les jeunes handicapés des pays du Sud font partie des populations les plus marginalisées et sous-représentées de la planète. Nous devons reconnaître qu’ils peuvent être un moteur fondamental en faveur de l’innovation et du changement.  – Lykke Andersen, Directrice du Centre de services aux administrateurs auxiliaires du PNUD

Le Programme de gestion des compétences pour les jeunes professionnels handicapés est conçu pour former les jeunes handicapés dans un bureau du PNUD afin de développer leurs capacités et, finalement, promouvoir leur inclusion dans les effectifs du secteur du développement international. Rachel Kachaje, du South African Forum of the Disabled, s’en est réjouie. « Les gens doivent comprendre que handicap et incapacité ne sont pas synonymes, a-t-elle indiqué. L’éducation est essentielle pour garantir un avenir prospère et des moyens de subsistance aux jeunes handicapés. » En Afrique, a expliqué Mme Kachaje, seulement 5 à 10 % des personnes handicapées sont scolarisées.

Ce programme a aussi pour ambition de constituer un vaste réservoir de professionnels handicapés hautement qualifiés pouvant contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable au niveau local, national et mondial.

« Du point de vue du développement, a expliqué Mme Andersen, renforcer l’employabilité des jeunes handicapés, garantir aux personnes handicapées un accès complet au marché du travail et soutenir leur inclusion sur le lieu de travail peut avoir des répercussions immenses sur la réduction de la pauvreté et sur la réalisation des objectifs de développement durable. »

Initialement, le programme prévoit le recrutement de jeunes professionnels handicapés pour des affectations de 12 mois dans un bureau de pays ou dans un bureau régional du PNUD ou encore au siège de l’organisation. Les participants à ce programme pourront acquérir une expérience pratique et développer leur expertise professionnelle dans des domaines thématiques liés aux objectifs de développement durable, à la coopération multilatérale pour le développement et à la gestion des programmes et des opérations. Ils renforceront également leurs compétences de direction et développeront des capacités dans leur domaine d’expertise.

 Nous avons parcouru un long chemin en matière d’égalité des sexes. Il y a cinquante ans, des personnes comme celles qui sont présentes ici se sont probablement retrouvées dans une salle afin de discuter de l’égalité des chances pour les femmes dans les effectifs des Nations Unies. Il nous revient aujourd’hui de nous servir de notre expérience afin d’élargir les possibilités offertes aux jeunes handicapés de travailler pour le développement et d’y prospérer.  – Liz Huckerby, Directrice de la Gestion intégrée des compétences, PNUD

Conformément à l’engagement de « faire en sorte que personne ne soit laissé pour compte », le PNUD et le programme VNU « passent de la parole aux actes » en travaillant de concert pour garantir que les réflexions et les perspectives des personnes handicapées sont prises en compte et pour soutenir la réalisation des objectifs de développement durable et du Programme de développement durable à l’horizon 2030.