Aider les réfugiés à trouver du travail en Turquie

04 décembre 2017
Journée internationale des Volontaires 2017
La Turquie accueille actuellement plus de 3,5 millions de réfugiés syriens. En tant que Volontaire des Nations Unies nationale, Cansu Güngör travaille auprès du bureau de pays du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), à Ankara. Cansu participe aux efforts de mobilisation du secteur public et du secteur privé afin de faciliter l’accès des réfugiés au marché du travail. Son principal objectif est d’aider les réfugiés à reprendre le cours de leur vie de façon autonome en Turquie.
Cansu Güngör (centre), a national UN Volunteer, is supporting a beneficiary registration session at the Turkey’s employment agency in Ankara.
La Volontaire des Nations Unies nationale Cansu Güngör (au centre) assiste une jeune femme lors de son inscription à l’Agence de l’emploi turque, à Ankara (2017).

En tant qu’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR appuie la réponse apportée par le gouvernement turc pour faire face à la situation et coordonne les efforts déployés par les autres agences et partenaires de l’ONU à travers tout le pays. Près de 90 % des réfugiés syriens vivent en dehors des camps, dans des zones urbaines et périurbaines, et les besoins en matière de développement des compétences et d’employabilité sont considérables. Au sein du Groupe des moyens de subsistance durables (Livelihood Unit) situé à Ankara, Cansu soutient et encourage toutes les solutions permettant aux réfugiés d’assurer leur autonomie.


Pour atteindre cet objectif, le Groupe des moyens de subsistance durables travaille en partenariat avec d’autres secteurs afin de fournir aux réfugiés des formations professionnelles et techniques ainsi que des formations en commerce et en entrepreneuriat, des cours de langue, des primes à la création d’entreprises et des services de conseil.


Cansu participe à tous les domaines d’activité de l'équipe, depuis le soutien aux projets jusqu’aux tâches administratives et aux opérations de communication. La volontaire ne travaille pas toujours directement avec les bénéficiaires de ces programmes, mais elle joue un rôle clé pour les mettre en relation avec le marché du travail.


Une étape essentielle consiste à faciliter le processus d’inscription dans la base de données de l’Agence de l’emploi turque, appelée ISKUR. Pour aider les bénéficiaires à surmonter les obstacles d’ordre juridique et linguistique qu’ils pourraient rencontrer, Cansu et son équipe veillent à ce qu’ils puissent s’inscrire dans cette base de données et à ce qu’un conseiller personnel leur soit attribué.


Un autre point essentiel est d’encourager le secteur privé à embaucher des réfugiés. Pour cela, le Groupe apporte son aide pour les demandes de permis de travail et pour le règlement des frais afférents. Cansu est chargée de la rédaction des rapports et de la gestion des données concernant toutes les transactions.


Comme elle le reconnaît elle-même, les acteurs du secteur privé se montrent encore réticents à embaucher des personnes réfugiées en raison des problèmes liés au coût des permis de travail, à la langue et à l’intégration. Le HCR fait toutefois de son mieux pour remédier à la situation en concentrant ses efforts sur la construction du dialogue avec les entreprises nationales et internationales, les chambres de commerce, les associations et les zones industrielles organisées.


C’est un sentiment extraordinaire de voir que, grâce à nos efforts, des bénéficiaires trouvent un emploi puis reprennent le cours de leur vie dans de meilleures conditions et sans dépendre d’aucune aide financière que ce soit ”, explique Cansu.


« Mon superviseur et mon affectation m’ont appris deux choses : à être patiente et à travailler sans hésitation pour atteindre mes objectifs », conclut-elle



UNHCR/2017


Cette article est publié dans les cadre de la campagne pour la Journée internationale des Volontaires 2017: Les volontaires : premiers à agir. Ici. Partout.