Côte d’Ivoire : Des milliers de personnes à risque d’apatridie identifiées, grâce aux Volontaires des Nations Unies avec le HCR

Janvier OKPO, est Volontaire ONU National déployé en tant qu’agent de protection auprès du HCR, depuis Juin 2018 à Tanda, petite ville située a 350km a l’Est de la capitale Ivoirienne. Dans son travail quotidien il rencontre les membres de la communauté, les autorités locales et les agents d’Etats et institutions établies dans la zone pour discuter et sensibiliser sur l’apatridie, un sujet qui touche de nombreuses personnes. 
Janvier OKPO, Volontaire ONU Assistant de Protection Terrain auprès du HCR, pendant une session d'Identification de personnes à risque d'apatridie à Lomo, en Côte d'Ivoire.
©
Régulièrement, Janvier fait du porte à porte et en discutant avec des familles, il identifie quelques membres dont les naissances n’ont pas été déclarées. Il en profite alors pour sensibiliser tous les habitants de la concession sur la notion de nationalité, le coût d’établissement des différents actes d’état civil et toutes les démarches administratives à faire pour rétablir ces personnes dans leur droit. 
 
Ces cas sont malheureusement légion dans la région où plusieurs centres d’état civil sont éloignés des populations qui, se retrouvent dans l’incapacité de se procurer les documents de naissance ou d’identité, et ainsi sont privées d’accès à certains services sociaux de base telle que l’éducation. 
 
Une personne apatride est sans nationalité, c’est à dire qu’elle ne bénéficie pas de la protection juridique d’un Etat. Conformément à son mandat et au Plan d’Action Globale pour l’éradication de l’apatridie d’ici à 2024, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) en Côte d’Ivoire a déployé 29 Volontaires des Nations Unies nationaux, comme Agents Protection Terrain dans plusieurs localités du pays afin d’identifier et d’établir une cartographie des personnes à risque d’apatridie.  
 
Répartition des 29 Volontaires des Nations Unies Agents de protection Terrain avec le HCR en Côte d'Ivoire. Document HCR 2019
 
C’est ainsi que depuis le début de 2019, Janvier Okpo et les 28 autres Volontaires ONU ont pu identifier près de 1016 personnes apatrides et/ou a risque d’apatridie y compris 13 enfants. Ils ont mené de nombreuses activités de sensibilisation et de renforcement de capacités de leaders communautaires et chefs de villages de 27 localités reculées de la Côte d’Ivoire sur l’importance de l’enregistrement des naissances et l’apatridie.
 

A travers des entretiens individuels, des séances de sensibilisation de masse et de proximité à l’endroit de la population et des autorités locales ou sur les radios communautaires, ils informent et éduquent les populations. Ces Volontaires ONU sont d’importants relais dans la sensibilisation sur l’apatridie que le HCR organise au cours de cette année en Côte d’Ivoire.

Parcourir ainsi tous ces sentiers et hameaux m’a donné le sentiment d’être VRAIMENT UTILE à mon pays, à mes concitoyens ainsi qu’à mes frères résidant en Côte d’Ivoire. C’est pour moi une grande satisfaction de contribuer à REDONNER UNE DIGNITE à des personnes qui croyaient TOUT PERDU faute de document d’identité, souligne Janvier Okpo.

En Côte d’Ivoire, au total 44 Volontaires des Nations Unies travaillent avec le HCR sur plusieurs thématiques, dont l’Apatridie.