Cinq faits sur le volontariat et le cadre de Sendai

13 octobre 2017
David Stevens, Head of the UNISDR Office, Bonn
David Stevens du Bureau des Nations Unies pour la Réduction des Risques de Catastrophe (UNISDR) et membre du groupe consultatif d'experts pour le rapport sur l'état du volontariat dans le monde 2018, parle de la portée de l'action volontaire dans le Cadre de Sendai Pour La Réduction Des Risques De Catastrophe en tant qu'approche centrée sur les personnes pour renforcer la résilience.
A volunteer teaches school kids how to act during emergencies.
©

En mars 2015, les États membres de l'ONU se sont mis d'accord sur le premier des trois principaux programmes de développement à l'horizon 2030 : le Cadre de Sendai Pour La Réduction Des Risques De Catastrophe (CSRRC). Le Cadre vise : « la réduction substantielle des risques de catastrophe et les pertes en vies humaines, les moyens de subsistance et la santé et dans les actifs économiques, physiques, sociaux, culturels et environnementaux des personnes, des entreprises, des collectivités et des pays. » Mon organisation, le Bureau des Nations Unies pour la Réduction des Risques de Catastrophe (UNISDR) travaille actuellement pour aider les pays à mettre en œuvre des actions dans le cadre, tout en renforçant la cohérence entre Sendai, les objectifs de développement durable et l'Accord de Paris.


Peut-être que ce dont nous pouvons être les plus fiers, c'est que tout en s'appuyant sur le précédent Cadre d'action de Hyōgo 2005-2015, Sendai fait un grand pas en avant en réfléchissant à la manière dont nous allons affronter les nouveaux risques qui vont apparaître au cours des 15 prochaines années et au-delà. Les sept objectifs mondiaux du le Cadre de Sendai Pour La Réduction Des Risques De Catastrophe vont au-delà de la réduction des risques existants, de la prévention des risques futurs et du renforcement de la résilience face aux catastrophes futures. Cela ramène la Réduction des Risques de Catastrophe (RRC) du cadre beaucoup plus près du programme de lutte contre le changement climatique.


Le Cadre de Sendai Pour La Réduction Des Risques De Catastrophe reconnaît également et exploite le large éventail de rôles que les volontaires peuvent jouer pour soutenir les efforts de réduction des risques dans le monde. Ainsi, à l'occasion de la Journée internationale de la prévention des catastrophes, j'aimerais partager cinq faits sur le volontariat et le cadre de Sendai :


1. Comme le cadre de Hyogo qui le précède, les volontaires sont reconnus comme des acteurs clés dans la mise en œuvre du cadre de Sendai.


Le Cadre de Sendai Pour La Réduction Des Risques De Catastrophe (RRC) appelle à « une approche plus large et plus centrée sur les personnes de la réduction des risques de catastrophe, et note que les gouvernements devraient engager des volontaires et autres dans la conception et la mise en œuvre des politiques, principes et normes.


En vertu de la Priorité 1 du Cadre (« comprendre les risques de catastrophe »), le rôle des volontaires dans la création et le partage des connaissances et des meilleures pratiques en matière de RRC est souligné. Dans la Priorité 4 (« Améliorer la préparation aux catastrophes pour une réponse efficace et pour « reconstruire en mieux » dans le relèvement, la réhabilitation et la reconstruction »), il est reconnu qu'il faut former des volontaires pour répondre aux catastrophes.


2. La participation de la communauté est essentielle à toutes les activités réussies de RRC et le volontariat peut jouer un rôle de premier plan dans la promotion des approches participatives.


Les pays, les régions et les villes ont déjà, dans de nombreux cas, inclus des objectifs pertinents dans leurs plans de mise en œuvre de Sendai pour en faire une réalité. Mais il y a encore des lacunes et des défis pour s'assurer que ce n'est pas une approche en déclin.


L'expérience montre que les volontaires, les organisations bénévoles et les organisations communautaires doivent travailler avec les institutions publiques pour fournir des connaissances spécifiques et des conseils pragmatiques dans l'élaboration et la mise en œuvre de cadres normatifs, de normes et de plans de réduction des risques de catastrophe.


3. Nous savons qu'il reste encore beaucoup à faire pour réaliser pleinement la participation communautaire inclusive.


Reconnaissant qu'elles sont touchées de manière disproportionnée par les catastrophes, mais sous-représentées dans les processus de prise de décision, le besoin d'un plus grand leadership et la participation des femmes, des enfants, des jeunes, des personnes handicapées, des populations autochtones, et les migrants sont fortement reconnus par le Cadre de Sendai Pour La Réduction Des Risques De Catastrophe comme étant cruciaux pour l’implémentation efficace des plans et stratégies locaux, nationaux, régionaux et mondiaux de RRC. Le volontariat peut permettre à ces groupes sous-représentés de jouer un rôle plus actif, en favorisant une sensibilisation accrue, le développement de communautés plus résilientes et une culture plus inclusive de la prévention des risques de catastrophe.


Les gouvernements locaux sont encouragés à fonder leurs stratégies et plans de RRC sur les besoins, les connaissances et l'engagement des communautés locales. L'objectif principal du Cadre E, qui vise à augmenter considérablement le nombre de pays dotés de stratégies nationales et locales de réduction des risques de catastrophe d'ici à 2020, est une opportunité clé à atteindre. Les volontaires peuvent jouer un rôle clé en soutenant les gouvernements locaux dans cette entreprise, notamment en veillant à ce que les voix des personnes les plus éloignées soient présentes à tous les stades de la planification, de l’implémentation et du suivi.


4. La plate-forme mondiale de 2017 à Cancún a souligné que le volontariat continue d'être une ressource fondamentale pour la résilience qui doit être exploitée et soutenue.


À la suite de la Conférence mondiale de Sendai, les États membres se sont à nouveau réunis à Cancun, au Mexique, du 24 au 26 mai 2017, pour la cinquième session de la plateforme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe. Le résumé de la présidence de cette réunion a souligné à nouveau que le volontariat continue d'être une ressource importante pour la résilience, soulignant le rôle crucial joué par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans la réponse aux crises. Un certain nombre d'autres organisations bénévoles, d'organisations de la société civile et de gouvernements travaillant avec des volontaires ont activement participé à ce sommet.


5. L'UNISDR élabore actuellement une stratégie de partenariat pour 2018 qui implique des volontaires.


Le Cadre de Sendai, les ODD et l'Accord de Paris appellent tous à une approche de l'ensemble de la société. L'ampleur de l'engagement des partenaires de l'UNISDR a été largement reconnue et applaudie, mais il est nécessaire d'aller de l'avant et de faire plus avec les partenaires. Une première étape importante consiste à élaborer une « stratégie de partenariat » qui visera la professionnalisation, la systématisation, la cohérence et la durabilité. L'objectif est de développer et de consolider des partenariats stratégiques pour encourager et soutenir un large engagement des acteurs clés dans l’implémentation du Cadre de Sendai Pour La Réduction Des Risques De Catastrophe. J'espère que cela fournira une plate-forme dynamique pour les volontaires, les organisations de volontaires et d'autres membres de la société civile pour un engagement collaboratif dans la mise en œuvre du Cadre de Sendai.


Cet article de blog fait partie du projet SWVR 2018. Pour revenir à la section Web de SWVR 2018, cliquez ici.