08 mars 2014
Etre volontaire signifie être flexible, et vouloir mettre à disposition ses compétences et son enthousiasme pour développer de nouvelles opportunités. C’est ainsi que j’ai vécu les expériences les plus enrichissantes de ma mission, en aidant ART/PNUD et le programme VNU à organiser les consultations pour l’après-2015. Le volontariat donne l’opportunité d’aller au-delà de ses propres attentes et de contribuer à un monde plus heureux, pour tous.
Tom Van Den Steen, Volontaire des Nations Unies international spécialiste affecté au programme Articulation Réseaux Territoriaux du PNUD, a travaillé sur les aspects relatifs à l’égalité des sexes et au développement humain de l’aménagement et la gestion du territoire en Equateur. (Programme VNU, 2014)

Quito, Equateur: Je suis arrivé en Equateur en février 2012 pour renforcer l’équipe Articulation Réseaux Territoriaux du Programme des Nations Unies pour le développement (ART/PNUD) sur les aspects relatifs à l’égalité des sexes et au développement humain de l’aménagement et la gestion du territoire.

Grâce au fonds pour le développement des capacités à ma disposition, j’ai été en mesure d’examiner de près les expériences réussies au Salvador qui ont prouvé l’importance de faire entendre la voix des femmes et d’inclure leurs besoins dans les politiques publiques et les forums de gouvernance au niveau territorial. Combiné à l’éducation et à la formation sur le droit des femmes, cela peut transformer complètement la vie des femmes. 

En collaboration avec l’Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes (ONU-Femmes), nous avons concentré nos efforts sur les provinces de Carchi et Esmeraldas, le long de la frontière Nord. Après avoir effectué une étude d’évaluation des besoins en formation des membres des Groupes de dialogue – les forums de gouvernance locaux pour la gestion du développement et l’aménagement régional dans ces provinces – nous avons développé des modules sur différents thèmes tels que les droits des femmes, la budgétisation tenant compte de la problématique hommes-femmes, et la participation des citoyens.

Ces formations ont été dispensées auprès de 29 dirigeants de cantons et 36 membres des Groupes de dialogue des provinces de Carchi et Esmeraldas. De plus, l’Université catholique pontificale d’Equateur et l’Université centrale d’Equateur peuvent continuer à offrir ces formations afin de créer la masse critique pour soutenir l’inclusion des voix féminines dans le développement humain local.

Etre volontaire signifie être flexible, et vouloir mettre à disposition ses compétences et son enthousiasme pour développer de nouvelles opportunités. C’est ainsi que j’ai vécu les expériences les plus enrichissantes de ma mission, en aidant ART/PNUD et le programme VNU à organiser les consultations pour l’après-2015. Ces dernières avaient pour but de rassembler les souhaits et les rêves des citoyens reflétant leur vision du monde après 2015, l’année où les Objectifs du Millénaire pour le développement atteindront leur sommet.

Lors de la Journée Internationale des Volontaires 2012, nous avons organisé la première consultation, avec des jeunes et des étudiants volontaires de l’Université technique équatorienne de Quito. Dans le cadre d’un atelier du programme ART dans le canton d’Aguarico, nous avons organisé une autre consultation avec les Waorani, au cœur du parc national Yasuni. Entourés de milliers de nuances de vert, les femmes, les jeunes et les enfants Waorani ont eu l’opportunité de participer et de faire partager leur vision d’un monde équitable et durable, où ils auraient accès aux services sociaux de base et pleine jouissance de leurs droits.

Voir la satisfaction se lire sur les visages de ces femmes et hommes contribuant de leurs voix au débat mondial m’a fait oublier les tracas d’un voyage en bateau de plus de 17 heures pour atteindre leur communauté, l’humidité de l’Amazone et les moustiques omniprésents. Mais surtout, cela m’a fait prendre conscience une fois encore que le volontariat donne l’opportunité d’aller au-delà de ses propres attentes et de contribuer à un monde plus heureux, pour tous.

A propos : Tom Van den Steen (Belgique) est un Volontaire des Nations Unies international spécialiste affecté au programme Articulation Réseaux Territoriaux du PNUD en Equateur. Il a un diplôme en politique internationale comparée et un Master en assistance humanitaire et sécurité. Avant de s’engager comme Volontaire des Nations Unies, il a travaillé pour la division Suivi et Evaluation de l’ONG Vredeseilanden (VECO) en Belgique, et comme responsable national du mouvement de volontaires Catapa au Pérou.