Sites Web régionaux du programme VNU

Le programme VNU travaille dans 150 pays et territoires, déployant des Volontaires des Nations Unies pour faire progresser le développement durable au niveau local. Explorez notre travail dans les différentes régions du monde.

voir
Afrique Occidentale et Centrale
voir
East and Southern Africa
Afrique Orientale et Australe
voir
Arab States
États Arabes
voir
Europe and the CIS
Europe et CEI
voir
Latin America
Amérique latine et Caraïbes
voir
Asia and the Pacific
Asie et Pacifique
Kenya national platform on advocacy.
Plateforme nationale du Kenya sur le plaidoyer.

Des volontaires locaux kényans s’unissent pour répondre à la sécheresse

Les communautés locales du Kenya s’assemblent pour affronter l’impact des catastrophes naturelles et pour sensibiliser aux moyens de résilience face à celles-ci.

Les communautés locales ont été mobilisées avec l’appui d’Action for Sustainable Change Kenya (AFSCO Kenya) afin de mener des actions peu coûteuses et réalisables visant à développer la résilience aux catastrophes, dans le cadre du programme Frontline financé par l’USAID/OFDA. Des coalitions locales composées de groupes de femmes et de jeunes ainsi que d’organisations communautaires ont été mises en place pour construire un mouvement pour le changement au niveau du sous-comté. Ces groupes ont entrepris des actions de lobbying ciblant les responsables des comtés, les membres du parlement local et d’autres acteurs afin de sensibiliser aux catastrophes sur le terrain.


Les efforts déployés pour construire un réseau au niveau du sous-comté ont été étendus par la suite afin de tisser un réseau national visant au changement — 14 organisations de la société civile ont été mobilisées pour définir des événements catastrophiques prioritaires et un plan d’action conjoint pour provoquer un changement réaliste et souhaitable.


Cette article est publié dans le cadre de la campagne pour la Journée internationale des Volontaires 2017: Les volontaires : premiers à agir. Ici. Partout.



Cet article a été traduit de l’anglais par la Volontaire en ligne ONU Karine Laguerre.