En temps de crise, les volontaires sont les premiers sur place : Journée internationale des Volontaires 2017

26 octobre 2017
Olivier Adam, Coordonnateur exécutif du programme VNU
Le nombre de personnes affectées par des crises humanitaires et des catastrophes naturelles augmente de jour en jour. L’ensemble des personnes déplacées de force à l’intérieur de leur propre pays ou cherchant un refuge à l’étranger a atteint le chiffre sans précédent de 65 millions. Près de 10 millions d’entre elles ont moins de 18 ans.
Des Volontaires des Nations Unies évaluent les dégâts causés par le séisme survenu au Népal (programme VNU, 2016).

Ces événements se sont multipliés au cours des dix dernières années, alors même que la température de la planète atteignait son niveau record, gommant la différence entre les catastrophes exclusivement naturelles et les catastrophes d’origine humaine.


La situation semble critique, mais le fait est que des tendances positives se développent à mesure que ces défis prennent de l’ampleur. Partout sur la planète, des groupes et des individus, volontaires venus de tous les horizons, se mobilisent pour répondre avec efficacité aux urgences humanitaires. Ces femmes et ces hommes sont des personnes ordinaires qui, refusant de laisser la souffrance humaine sans réponse, n’hésitent pas à se rendre dans les zones touchées pour apporter leur aide, de quelque façon que ce soit.


Tout en gardant à l’esprit ces évolutions positives, je me réjouis de lancer la campagne pour la Journée internationale des Volontaires 2017 : « Les volontaires : premiers à agir. Ici. Partout. » Nous souhaitons que cette journée du 5 décembre 2017 soit celle de la reconnaissance des efforts déployés par les volontaires dans le monde entier. Nous voulons aussi qu’elle rende hommage au soutien que les volontaires apportent lors des périodes d’instabilité, des catastrophes et des crises humanitaires.


Les volontaires sont les premiers à agir lorsqu’une crise survient. Ils se rendent sur place pour reconstruire les infrastructures les plus essentielles, particulièrement les logements, les réseaux électriques et les réseaux de services médicaux. Les volontaires sont les premiers sur le terrain parce qu’ils sont souvent eux-mêmes membres des communautés affectées par ces crises, et parce qu’ils sont animés par un esprit de solidarité et par la volonté de contribuer de manière totalement désintéressée au bien-être d’autrui.


Au cours des derniers mois, les volontaires ont fourni un soutien essentiel dans le cadre de réponses apportées à d’innombrables catastrophes humanitaires, dans le monde entier.


Au cours des dix dernières années, plus de 1,5 milliard de personnes ont été victimes de catastrophes. Au Mexique, des groupes de volontaires se sont précipités non seulement pour porter secours aux victimes du séisme, mais aussi pour offrir un soutien psychologique plus que nécessaire aux familles dont les logements avaient été endommagés ou détruits lors de la catastrophe. Après les destructions massives provoquées par l’ouragan Irma à travers les Caraïbes, la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a déployé des volontaires afin d’aider les personnes affectées pendant leur évacuation. À Cuba, par exemple, plus de 11 000 volontaires fournissent de l’aide et participent aux activités de déblaiement des débris.


L’augmentation des migrations est à la fois la cause et la conséquence de l’un des défis humanitaires les plus importants de notre époque. Les volontaires contribuent à répondre aux besoins en matière d’aide humanitaire et de protection des migrants et des personnes déplacées en fournissant des services vitaux aux plus vulnérables. Au Bangladesh, plus de 800 000 réfugiés Rohingyas de Birmanie sont regroupés dans des sites d’implantation et des camps non officiels, en raison de l’une des plus importantes crises humanitaires provoquées par l’homme dans la région depuis des dizaines d’années. Sur le terrain, des volontaires du Croissant-Rouge du Bangladesh font tout leur possible pour aider les réfugiés lors de leur arrivée. Et au large des côtes de la Libye, des volontaires ont aidé a sauver des centaines de migrants engagés dans une périlleuse traversée de la Méditerranée.


En Syrie, les volontaires continuent à jouer un rôle central dans les actions de secours et le soutien logistique nécessaires pour alléger les souffrances de la population. Plus de 300 Volontaires des Nations Unies hautement qualifiés sont déployés dans les pays voisins de la Syrie, notamment en Jordanie, au Liban et en Turquie, pour fournir des services de secours sous l’égide du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (BCAH) ainsi que pour améliorer l’efficacité globale de l’action humanitaire mise en œuvre à la frontière et fournir une éducation aux enfants réfugiés dans les pays d’accueil.


Partout sur la planète, des centaines de volontaires travaillent au sein des communautés afin de promouvoir la santé, prévenir les maladies et répondre aux besoins élémentaires des personnes affectées par la sécheresse, la pauvreté, les conflits et le manque de ressources pour soutenir l’agriculture. Certaines de ces personnes sont de plus confrontées à une famine généralisée. Dans le nord du Nigéria, où l’insécurité alimentaire frappe des millions de personnes, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), en partenariat avec le gouvernement local, a pu déployer 14 000 volontaires pour vacciner 1,9 million d’enfants contre la poliomyélite. Et après l’apparition de cas de choléra au Yémen, pays ravagé par la guerre, des agents sanitaires volontaires communautaires ont sensibilisé la population aux dangers de la maladie.


Investir dans les volontaires et unir les forces des Nations Unies, des gouvernements et des organisations qui emploient des volontaires afin de prévenir les conséquences les plus désastreuses des crises permettra d’apporter une assistance plus que nécessaire à celles et ceux qui souffrent le plus et de s’assurer que les afflictions inutiles ne se reproduisent pas. Cette année, la campagne pour la Journée internationale des Volontaires (JIV) est soutenue par des volontaires, par des organisations telles que la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) et par de nombreux autres organismes qui répondent aux urgences humanitaires partout sur la planète.


Joignez-vous à nous dès aujourd’hui et jusqu’au 5 décembre afin de rendre hommage aux efforts des volontaires et à la solidarité sans faille dont ils font preuve. Les volontaires sont présents, tout autour de nous. Ils répondent toujours à l’appel dans les moments difficiles. Ils sauvent des vies et aident les autres à vivre dans la dignité. #VolunteersActFirst. Ici. Partout.



Olivier Adam est le coordonnateur exécutif du programme des Volontaires des Nations Unies (VNU).