Feu vert chez les volontaires, parés au décollage

21 septembre 2017
Lauri Hukkanen
J’ai vécu une expérience incroyablement positive en tant que Volontaire des Nations Unies dans le cadre des missions de maintien de la paix de l’ONU en Afrique. En 2010, j’ai commencé à travailler au sein de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT). Depuis 2011, je suis détaché aux opérations aériennes de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO). Je contrôle les vols pour les missions de l’ONU dans la région, en collaboration avec les membres et contractuels de l’Unité de contrôle des mouvements (MOVCON).
voluntarism is team work MONUSCO Uganda
Lauri Hukkanen (Finlande), deuxième en partant de la gauche, pose avec ses collègues à l’aéroport international d’Entebbe en Ouganda (archives personnelles, 2014).

Tout au long de ma carrière, j’ai eu envie de rejoindre un jour les Volontaires des Nations Unies (UNV). Cette envie m’a pris vie au fil des rencontres avec de nombreux Volontaires ONU durant mes années de service militaire en Afrique. Même si la plupart d’entre eux étaient de jeunes actifs, d’autres ayant le même âge que moi aujourd’hui avaient une vision plus approfondie du volontarisme. Ma candidature a heureusement été sélectionnée et je suis ravi d’en être à ce jour à ma deuxième mission UNV. 

Je travaille au maintien de la paix depuis 30 ans. J’ai démarré mon service militaire actif au sein de l’armée finlandaise en 1963. J’ai quitté l’armée de l’air de Finlande en 1986. Dans le cadre de mon service militaire actif, j’ai été par deux fois déployé en appui aux missions de maintien de la paix de l’ONU. S’en est suivi une longue carrière au sein de l’armée de réserve finlandaise avec des missions de maintien de la paix (1987-1992). J’ai ensuite démarré une nouvelle carrière à un poste administrative dans le cadre des missions de l’ONU en Afrique et à l'étranger (1993-2009).

Comme la plupart des gens, mon premier souhait était de prendre ma retraite une fois que j’aurai atteint « l’âge requis », mais lorsque l’heure a enfin sonné, j’étais déterminé à continuer de travailler. Rejoindre les Volontaires des Nations Unies (UNV) était pour moi une évidence.

Je suis basé à l’aéroport international d’Entebbe en Ouganda. Aujourd’hui, mes principales missions consistent à coordonner et gérer les déplacements de voyageurs et de fret, le ravitaillement ainsi que l’atterrissage, l’escale et le décollage des avions de l'ONU, généralement dans le cadre de la MONUSCO et la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (UNMISS). Nous contrôlons occasionnellement les vols d’autres missions de l’ONU en Afrique centrale et Afrique de l’est.

Ma principale tâche consiste donc à coordonner les vols passagers et vols frets, vols d’évacuation sanitaire (MEDEVAC) et, malheureusement, les vols rapatriant les membres de l’ONU décédés. En collaboration avec mes collègues du MOVCON et leurs contractuels, nous veillons à ce que les vols soient assurés dans les bons délais avec des escales menées efficacement.  Il faut parfois contrôler plusieurs vols à la fois, ce qui requiert une capacité rigoureuse de coordination avec toute l’équipe travaillant sur l’aire de trafic (zone de stationnement des avions). Nous travaillons en prenant en compte les critères exigeants d’efficacité des coûts et de sécurité aérienne.  L’impact de mon travail peut paraître indirect au regard des objectifs de maintien de la paix de l’ONU dans la région, mais il s’agit pourtant d’une mission cruciale dans l’accomplissement du mandat des missions ONU dans la zone.

Lorsqu’ils reçoivent une offre de contrat UNV, les candidats doivent se préparer à être déployés partout dans le monde. J’ai pour ma part été déployé à Abéché (Tchad) pour une mission avec la MINURCAT. Auparavant, j’ai travaillé dans des services administratifs et logistiques de plusieurs pays d’Afrique, mais la République du Tchad était pour moi un nouveau défi. Étant d’origine finlandaise, j’avais au premier abord trouvé le travail très exigeant en raison de la chaleur sèche du désert. Toutefois, j’avais confiance en mes capacités et encouragé par UNV, j’ai redoublé d’efforts pour l'organisation et pour les personnes dans le besoin.

J’ai eu la chance de rencontrer de nombreux Volontaires de l’ONU à Abéché. La majorité d’entre eux étaient africains, mais certains venaient également d’Amérique du Sud et Amérique centrale, d’Asie et même d’Europe, comme moi. À présent dans le cadre de ma deuxième mission, je suis heureux de tous les revoir, notamment ceux que j’avais personnellement encouragés à s’inscrire sur la liste des volontaires UNV. Les retrouvailles sont toujours un grand moment de joie ! 

En choisissant d’être volontaire, l’argent ne devrait pas être la principale préoccupation. Le plus important devrait être de pouvoir aider les démunis et la population locale en utilisant nos compétences et nos connaissances individuelles.

Être volontaire, c’est contribuer au mandat de l’ONU partout où nous agissons. Nous devons prendre soin des populations, de nos collègues et bien sûr, de nous-mêmes. En tant que volontaires, nous ne sommes jamais vraiment seuls : nous sommes avec des locaux et des étrangers et les interactions deviennent profondément personnelles. 

Je considère ma participation en tant que Volontaire de l’ONU comme une expérience vraiment unique et j’invite quiconque est intéressé par le volontarisme, à nous rejoindre.  C’est un excellent tremplin pour élargir son expérience dans le domaine international. De plus, cela permet à des individus d’âge varié, avec des compétences, cultures et ethnies différentes, de travailler ensemble pour le bien commun en apportant leur aide humanitaire et en s’impliquant dans les vies de ceux qui en ont le plus besoin. J’ai peut-être dépassé l’âge de la retraite, mais je n’en ai pas encore fini !

 

------

 

Lauri Hukkanen (Finlande) possède une grande expérience au service des missions de maintien de la paix de l’ONU

Armée de terre et Armée de l’air de Finlande (1963-1986)

Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST), 1974 (Golan Heights)

Force des Nations Unies chargée d'observer le désengagement (FNUOD), 1974-75 (Golan Heights)

Force d'urgence des Nations Unies (FUNU) II, 1978-79 (Sinaï)

Réserve militaire de Finlande (1987-1992)

Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), 1987-88 et 1989-1991

Mission d'observation des Nations Unies pour l'Irak et le Koweït (MONUIK), 1991-1992

Force de protection des Nations Unies (FORPRONU), 19923 (Bosnie)

Fonctionnaire de l’ONU (1993-2009)

Opération des Nations Unies au Mozambique (ONUMOZ), 1993-95

Mission de vérification des Nations Unies en Angola (UNAVEM), 1995-98

Mission d'observation des Nations Unies en Angola (MONUA), 1995-98

Bureau des Nations Unies pour les services d'appui aux projets (UNOPS), action antimines, 1998-2001 (Irak)

Base de soutien de l’ONU à Entebbe (UNESB), 2001-2002 (Italie)

Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), 2002-2006

Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD), 2008-2009

Volontaire ONU  (2010 à aujourd’hui)

Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT), 2010

Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), 2011


Cet article a été traduit de l'anglais par la Volontaire en ligne de l'ONU Mélanie Colasse.

Afrique subsaharienne
Objectif de développement durable: