V-Force encourage les volontaires à relever les défis au Sri Lanka

11 avril 2017
V-Force auSri Lanka
L’initiative V-Force du programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) motive les volontaires et rassemble les communautés par la création d’un espace de communication entre les eux et les entités des Nations Unies et par le renforcement de la coopération afin d’atteindre les Objectifs de développement durable (ODD).
unv_v-force_sri_lanka.jpg
Des volontaires V-Force sensibilisent la population sur l'importance du volontariat pour la paix et le développement lors du "Tour cycliste 2014: Les Volontaires font la différence" (programme VNU Sri Lanka, 2014)

Les volontaires V-Force « se découvrent une passion » pour le développement communautaire

Bien que le Sri Lanka a depuis longtemps une tradition de volontariat (appelé shramadana), le programme VNU a commencé dès 2011 à élaborer une plateforme officielle pour le volontariat  avec l’initiative Volunteer Task Force (V-Force). Cette initiative rassemble les personnes désireuses d’offrir de leur temps, ainsi que leurs compétences, dans le but d’échanger des idées, de mobiliser des ressources et de mettre en œuvre des initiatives de développement. V-Force réunit des personnes d’origines très différentes et permet de combler le fossé entre le grand public et les Nations Unies. Par cette initiative, le programme VNU localise les ODD et mobilise des volontaires afin d’optimiser le développement et de construire une paix durable.

« Les volontaires ont un rôle clef dans la construction de la paix et le développement d’un pays. » explique Emelda Sukumar, ancienne secrétaire au Ministère des services sociaux. « Avec la base des ressources humaines, très développée, et la culture inhérente du volontariat, nous avons la chance d’augmenter la participation volontaire au Sri Lanka pour répondre aux besoins de paix et de développement du pays suite aux conflits. »

La population du Sri Lanka est de 20 millions d’habitants. En 2014, 8,6 millions de Sri-lankais se portaient volontaire au moins une fois par an : cela correspond à près de 40% de la population bien portante, dont la majorité se trouve dans les régions rurales. Selon les statistiques les plus récentes, 22% des Sri-lankais vivent sous le seuil de pauvreté. Le volontariat permet à ces personnes d’accroître leurs compétences et d’augmenter leurs chances.

Pour d’autres, le volontariat permet de leur donner davantage confiance en eux et d’affirmer leur voix. Heshoban Thavakumaran, qui est devenu volontaire pour la première fois en 2012, lors de la Journée internationale des volontaires, décrit en quoi V-Force lui a permis d’apporter sa pierre à l’édifice. Alors qu’il visitait des zones touchées par les conflits, telles que la ville de Kilinochchi, il évoque un projet dont le but était de « contacter des survivants de la guerre afin de les aider à surmonter leurs expériences traumatiques et de leur offrir un soutien psychosocial dans le deuil des membres de leur communauté ». Il continue en expliquant qu’il s’agissait d’un « projet qui dépassait les barrières ethniques. J’ai été capable d’établir un contact avec la communauté vers une réconciliation et une paix durable. »

Les volontaires apportent une contribution inestimable aux entités des Nations Unies et au gouvernement

Depuis 2011, des volontaires participent à des projets dans des domaines différents. En 2014, la conférence mondiale de la Jeunesse a réuni plus de 2000 volontaires mobilisés pour cet événement, organisé par le gouvernement sri-lankais avec le soutien du programme VNU, du Bureau du Coordinateur résident des Nations Unies et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Les volontaires V-Force ont également participé au festival national de cerfs-volants, organisé par le Ministère des langues nationales et de l’intégration sociale en collaboration avec le VNU, et ayant eu lieu en 2014. Plus de 20 000 personnes ont participé à cet événement, proposé à sept endroits différents.

En 2016, le Comité de représentation publique pour la réforme constitutionnelle (CRP) a vu le jour, en collaboration avec le Premier ministre, afin de réunir et de compiler les propositions du public pour réformer la constitution. Soixante volontaires V-Force ont mis à profit leur connaissances, en tant qu’étudiants en droit et en sciences sociales, dans le but d’étudier les propositions, contribuant ainsi de façon importante au CRP grâce à la compilation de recommandations pour le Parlement du Sri Lanka.

Impact : les Volontaires des Nations Unies permettent un engagement au niveau communautaire

V-Force a désormais plus de 6600 membres inscrits. Chaque année, plus de 1000 volontaires V-Force sont mobilisés pour soutenir les entités des Nations Unies, y compris le PNUD, le Programme alimentaire mondiale et l’Organisation mondiale de la santé.

Plus de 50% des volontaires inscrits déclarent que cette initiative leur permet d’apprendre davantage sur les Nations Unies et son action au Sri Lanka. Près de 90% pensent que V-Force leur permet de développer leurs connaissances et leurs compétences de façon approfondie.

Le programme VNU est une ressource clef puisqu’il permet de développer un engagement au niveau communautaire ainsi que la création d’opportunités pour le volontariat des jeunes. D’autres pays, tels que le Bangladesh et la Bolivie, ont déjà lancé des programmes similaires. Le volontariat est un enjeu important et transversal, et pour lequel V-Force joue un rôle crucial.


> Cette étude de cas a été rédigée avec l’aimable soutien de Robert W. Bailey, du service de volontariat en ligne du programme VNU.

> Cet article a été traduit par le Volontaire en ligne ONU Sophie Provost

Asie et Pacifique
Objectif de développement durable: