Volontaires ONU et observateurs de la paix unissent leurs efforts pour des élections pacifiques au Kenya

24 juillet 2017
Kevin Ochieng
Du point de vue de la gouvernance démocratique, les élections ont toujours constitué une caractéristique essentielle de la démocratie représentative, offrant aux citoyens la possibilité d’élire librement les dirigeants de leur choix. Les élections fournissent aux hommes et aux femmes une occasion unique d’influencer les structures de gouvernance et de façonner les équipes gouvernementales afin que celles-ci tiennent compte de leurs aspirations et de leur vision du développement.
 Mr. Castro Barasa, (in a cap), one of the 12 UN Volunteer peace coordinators during the induction training. Twelve UN Volunteers will work closely with over 200 peace and cohesion monitors during the 2017 General Elections in Kenya
Castro Barasa (casquette), l’un des 12 Volontaires des Nations Unies Coordinateurs pour la paix, pendant une formation d’intégration. Douze Volontaires ONU travailleront en étroite collaboration avec 200 observateurs de la paix et de la cohésion durant les élections générales de 2017 au Kenya.

Dans sa forme la plus aboutie, le processus électoral est un mécanisme de facilitation permettant aux citoyens de s’exprimer et de choisir des représentants élus en se fondant sur des enjeux et des politiques qui orientent le développement au niveau national ou communautaire.


Toutefois, comme il a été possible de le constater par le passé, les élections peuvent aussi déclencher des violences et provoquer une instabilité généralisée lorsqu’elles ne sont pas correctement gérées. Ces troubles peuvent avoir des conséquences économiques considérables, quelque pays que ce soit.  Il est donc indispensable de consacrer tous les efforts nécessaires afin de prévenir la violence électorale.


En prévision des élections de 2017, et dans le cadre du soutien continu que le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) apporte au Renforcement des capacités nationales pour la prévention des conflits, le programme Deepening Foundations for Peacebuilding and Community Security (Renforcement de la consolidation de la paix et de la sécurité des communautés) a été mis en œuvre par le Comité directeur national pour la consolidation de la paix et la gestion des conflits (NSC/PBCM), avec de nombreux partenaires nationaux et locaux.


Afin de se conformer au processus de décentralisation et d’intégrer les infrastructures de paix et de cohésion dans les gouvernements des comtés ainsi que dans les structures communautaires au service de la sensibilité aux conflits et de la protection des droits de l’homme, le programme s'attache actuellement à améliorer les mécanismes institutionnels de coordination, d’évaluation des risques, d’alerte et de réaction rapide pour les élections de 2017 et au-delà.  Les 47 comtés, regroupés en 12 secteurs, accueillent plusieurs analystes et coordinateurs pour la paix et la cohésion. Ces derniers disposent des compétences requises en coordination et surveillance ainsi que des aptitudes nécessaires pour fournir aux comtés un appui en matière d’alerte rapide.


Jusqu’à présent, 12 Volontaires des Nations Unies ont été déployés en tant que coordinateurs de secteur, avec le soutien de l’Agence suédoise de coopération internationale au développement (ASDI), du ministère du Développement international du Royaume-Uni (DfID) et du ministère kényan de l’Intérieur et de la Coordination du gouvernement national. Les 12 Volontaires ONU vont collaborer avec plus de 200 observateurs de la paix et de la cohésion dans tout le pays afin de faciliter la prévention de la violence électorale. Ils travailleront à établir des relations stratégiques entre, d’une part, le Comité directeur national (NSC), la Commission pour la cohésion nationale et l’intégration (NCIC) et les partenaires du programme et, d’autre part, les acteurs clés et les institutions au niveau des comtés. « Je vais participer à la mise en place de liaisons pour le système d’alerte rapide par SMS entre les structures communautaires et les organismes d’intervention afin d’améliorer l’efficacité des initiatives de réduction de la violence électorale », explique Nelly Waiya, Volontaire ONU Coordinatrice pour la paix dans le comté de Nairobi.


De plus, en tant que coordinateurs de secteur, les Volontaires des Nations Unies soutiendront les forums pour la paix et la cohésion organisés au niveau des comtés. Ils veilleront également à ce que des structures de consolidation de la paix soient constituées au niveau des comtés, des sous-comtés, des circonscriptions et des villages, conformément aux stratégies de prévention, de gestion et de règlement des conflits au sein des comtés.


Lors de l’allocution qu’il a prononcée à l’occasion de la cérémonie de clôture de la formation de deux jours organisée à l’intention des observateurs de la paix pour les élections, Siddharth Chatterjee, Représentant résident des Nations Unies, a rendu hommage à la multitude d’intervenants engagés dans le processus de paix et a félicité les observateurs de la paix pour le dévouement dont ils font preuve afin de protéger et de soutenir la démocratie au Kenya. M. Chatterjee a encouragé les observateurs de la paix à être des acteurs de la paix tout en les incitant à contribuer à l’épanouissement de débats politiques constructifs, fondés sur la confiance et le respect mutuels entre les citoyens.


« Pour la première fois, nous assistons à un virage stratégique qui voit les initiatives dispersées et ponctuelles s’effacer au profit d’une approche coordonnée visant à tirer le meilleur parti des différentes connaissances, compétences et capacités d’influence que vous mettez au service de la promotion d’environnements pacifique pour les élections », a indiqué M. Chatterjee.



Par Kevin Ochieng, Chargé de l’appui au programme VNU au Kenya

Objectif de développement durable: