A Dakar, un studio photo pour développer des droits

Actualités
10 décembre 2014
Guediawaye, S?n?gal

Ce 10 décembre est la journée des droits de l’homme, qui célèbre le 66ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme. La thématique de cette année est « Droits de l’homme 365 » pour rappeler que ces droits sont inaliénables pour tous, à tout moment et partout, 365 jours par an. Des centaines de Volontaires des Nations Unies se mobilisent à travers le monde pour protéger, faire prendre conscience ou défendre les droits des populations. Au Sénégal, Nicolas Meulders, Volontaire des Nations Unies sous financement intégral de la Belgique, chargé de communication au Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a coorganisé une activité de communication sur les droits de l'homme à Guediawaye.

Le Volontaire ONU Belge Nicolas Meulders, charg? de communication au bureau r?gional pour l?Afrique de l?Ouest du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l?homme, en face du Studio ambulant, attirant jeunes et moins jeunes (OHCHR, 2014)

Le marché de Boubess est en pleine frénésie. Amadou, couturier, a abandonné momentanément ses clients pour se faire prendre en photo dans le studio numérique ambulant qui s’est installé ce matin dans le quartier. C’est avec un veston sur le bras fraîchement confectionné qu’il prend la pose avant de voir sa photo rejoindre des dizaines d’autres collées sur le panneau placé à côté du studio. Une femme avec son nouveau-né, un enfant avec son ballon, un autre qui écoute de la musique, une personne âgée qui lit un livre, tous ces portraits ont en commun d’illustrer des droits fondamentaux.  « Souvent, les droits de l’homme sont perçus comme des droits abstraits, parfois mal connus » explique Nicolas Meulders, Volontaire de l'ONU sous financement intégral de la Belgique, chargé de communication au Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.  « En invitant les habitants du quartier à se faire prendre en photo avec un objet de leur vie quotidienne qui exprime un droit, nous voulons attirer leur attention sur l’importance des droits de l’homme qui sont omniprésents dans leur vie, du matin au soir ». Droit à l’éducation, à l’eau potable et à l’assainissement, à la culture, à l’alimentation, à la liberté d’expression,… autant de droits qui sont ainsi illustrés et expliqués grâce à l’appui d’associations locales de défense des droits de l’homme qui se sont déplacées pour l’occasion.  Une approche participative essentielle à la réussite du projet selon Coumba Sarr, responsable nationale au cinéma numérique ambulant : « Nous travaillons avec des associations locales, mais également avec la mairie car nous souhaitons que ce studio ambulant soit bien intégré dans le quartier. De plus, nous allons organiser ce soir une séance de cinéma sur la petite place à côté du studio afin d’inviter les habitants à participer en venant se faire prendre en photo ou en venant voir l’exposition ». Cette sensibilisation de la population, et en particulier des personnes les plus vulnérables, est une des priorités du Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. « En prenant davantage conscience de leurs droits, les populations peuvent plus facilement faire entendre leur voix et revendiquer leurs droits si ceux-ci ne sont pas respectés » ajoute Nicolas Meulders. Au total, ce sont près de 500 photos qui auront été réalisées pendant les 2 jours où le studio était au marché de Boubess.