Les volontaires de l’ONU font progresser le processus de paix en Colombie par le cessez-le-feu, la démobilisation et le désarmement

20 septembre 2017
Victor Manuel Velasco
En 2016, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a unanimement adopté la résolution 2261 pour l’établissement de la Mission des Nations Unies en Colombie (UNMIC), une mission politique d’observateurs non-armés déployés à travers le pays. Soixante volontaires de l’ONU ont été mobilisés pour soutenir les travaux de vérification du respect des accords de paix entre le gouvernement de Colombie et les Forces armées révolutionnaires de Colombie – Armée du peuple (FARC – EP), d’accompagnement et de contrôle du processus de paix et de promotion d’une culture de la paix.
UNMIC UNV Colombia
Margarita Cruz (El Salvador), Officier de terrain volontaire de l’ONU, entrain de suivre les progrès du désarmement à travers les Zones Transitoires de Standardisation (ZVTN) avec l’équipe UNMIC de Miravalle, Colombie. (UNMIC, 2017)

Après un conflit de 50 ans entre le gouvernement de Colombie et les Forces armées révolutionnaires de Colombie – Armée du peuple (FARC – EP), l’objectif principal de la Mission des Nations Unies en Colombie (UNMIC) est de soutenir la cessation des hostilités et de contrôler le renoncement aux armes ainsi que le cessez-le-feu bilatéral définitif. Soixante volontaires de l’ONU servent dans cette Mission pour effectuer les contrôles et les exercices de vérification et assurer les inspections quotidiennes des zones voisines des Zones Transitoires de Standardisation (ZVTN) établies sous l’accord de cessez-le-feu.

Les volontaires de l’ONU ont prouvé leur valeur dans la poursuite des objectifs de la mission en partie  grâce à leur capacité à s'adapter à des conditions de vie parfois difficile et à leur motivation à contribuer au processus de paix en Colombie, ainsi qu'à leur compétences et expériences précédentes. Beatriz Violeta Lafuente Vásquez (Espagne), Observatrice volontaire des Nations Unies travaillant au sein du Mécanisme de contrôle et de vérification de la mission ONU, confirme que le rôle des volontaires est essentiel dans la facilitation du dialogue entre communautés, autorités locales et FARC-EP.

“Le travail de médiation des volontaires de l’ONU bénéficie aux habitants dans une zone où des communautés entières ont été marginalisés par les autorités locales pendant des années. Cette collaboration entre les parties prenantes, en parallèle du la cessation des hostilités, est l’expérience des bénéfices de la paix la plus directe que la population ait eu. ”

Les volontaires des Nations Unies soutiennent aussi le service d’Assistance au Désarmement (AD) de la Mission, étape de l’abandon des armes, en aidant à maintenir des rotations de 24h/24 dans les zones d’AD, en coordination avec le personnel militaire de la Mission.

La valeur ajoutée des Volontaires de l’ONU, hautement qualifiés, réside dans leur motivation à prendre part au soutien du processus de paix dans un contexte difficile, et historique pour la Colombie. “La plupart de nos volontaires viennent d’Amérique latine et ressentent une implication personnelle face à la situation en Colombie. En effet, ils espèrent que leur travail pourra contribuer à la consolidation de la paix dans toute la région”, selon Elizabeth Dambolena, fonctionnaire d’appui des Volontaires de l’ONU, qui travaille avec la mission des Nations Unies en Colombie.

Les volontaires de l’ONU aident également à sensibiliser la société civile au processus de paix, à promouvoir le travail de l’UNMIC, à interagir avec les communautés pour comprendre leur vision du processus.

“Avec nos activités, nous donnons aux populations locales le pouvoir d’être les vrais contrôleurs du processus de paix. Nous informons les gens à propos du contenu des accords de paix, nous les équipons avec le savoir et les outils dont ils ont besoin pour défendre leurs droits, et nous promouvons des procédures sécurisées pour porter plainte dans le cas de violation de ces droits,” explique Paulo Pantano (Brésil), Observateur volontaire de l’ONU auprès du Mécanisme de contrôle et de vérification de la Mission dans la région de Nariño. “Nous sommes le visage civil de la mission, et les colombiens nous considèrent comme les plus conscients de leurs besoins et de leur réalité. ”

“Dans notre travail de volontaires de l’ONU, je crois que l’on a démontré des compétences spéciales et les sensibilités qui sont nécessaires dans l’interaction avec les communautés, en particulier avec des secteurs spécifiques comme les femmes et les victimes de conflits armés,” dit Iris Aviñoa Ordóñez (Espagne), Observatrice volontaire de l’ONU dans la région de Meta.

“ Ayant auparavant vécu et travaillé en Colombie, j’ai été témoin des atrocités de ce long conflit et de son impact sur la vie des populations, ” conclut Victor, à l'époque Officier du programme VNU en Colombie. “Prendre part au processus de paix, avec une équipe de volontaires au plus près de l’action, est un réel privilège. ”

Entre 2016 et 2017, plus de 90 volontaires de l’ONU ont travaillé avec les agences de l’ONU en Colombie, dont 60 servant dans la Mission des Nations Unies en Colombie (UNMIC), principalement en tant qu’Officiers de terrain s’acquittant de missions d’observations.


Cet article a été traduit de l'anglais par la Volontaire en ligne de l'ONU Claire-Marine Selles.

 

Amérique latine et Caraïbes