Kakimbo "Ville verte"

Actualités

Pour accompagner la conférence de Rio +20 et surtout marquer les actions stratégiques de Volontaires des Nations Unies pour le développement durable, le programme VNU de la Guinée a appuyé, depuis mars, la  direction communale des eaux et forêts de Rotama, une commune de Conakry en Guinée, par la constitution d’une pépinière de 1 100 plants transplantés récemment dans la forêt en voie de disparition de Kakimbo. 

Pour accompagner la conférence de Rio +20 et surtout marquer les actions stratégiques de Volontaires des Nations Unies pour le développement durable, le programme VNU de la Guinée a appuyé, depuis le mois de mars, la  direction communale des eaux et forêts d’une commune de Conakry (Rotama) par la constitution d’une pépinière de 1100 plants.

Ces plants ont été transplantés le 21 juillet dans la forêt  de Kakimbo. Cette forêt est en voie de dégradation et de disparition. En effet elle comptait 115 hectares en 1983, mais de nos jours  il restait seulement à peine 20ha soit 18,12%  et ce, en dépit du fait qu’elle fut « classée » en 1943, et déclarée « zone d’utilité publique » en octobre 1983. En outre la nappe phréatique de la forêt ravitaille en eau potable plusieurs communes de la ville de Conakry.

Une campagne de sensibilisation et une autre de mobilisation ont été menées afin que la transplantation puisse jeter les jalons d’un vaste programme de reforestation et de sauvegarde de la forêt en péril dans la commune de Ratoma.

Le reboisement a bénéficié de la participation du Gouvernement représenté par le Ministre d’Etat à l’Energie et à l’Environnement et le Ministre chargé de l’Environnement. Beaucoup d’acteurs ont montré leur volonté de sauvegarder la forêt : la Société des Eaux de Guinée (SEG), les acteurs de la société civile  et les volontaires. Parmi eux se trouvaient le comité AIV +10, l’Association des jeunes volontaires pour l’Environnement (AJE), les scouts de Guinée, l’Association des jeunes volontaires guinéens de Kobaya (AJVG) et le club Ahmed Sekou Touré. Le  secteur privé était présent à travers DHL et Eco-bank. En plus, on a noté la participation surprise de Miss Guinée France.

Le programme VNU a mobilisé  les populations riveraines et à travers LONNI Guinée, l’association féminine de maraichage qui assure le leadership  de la sauvegarde et de la protection volontaire du  patrimoine forestier.

Cette initiative, qui doit aboutir sur un projet de développement par la base, a pour objectif de changer positivement la vie des femmes à plusieurs niveaux. En effet tout en sauvegardant la forêt, elles assurent la pérennisation de leur activité de maraichage qui leur garantit une source de revenus d’une part et  le leadership de la gestion de la forêt qu’elles acquièrent leur permettra une meilleure implication dans les prises de décisions d’autre part.  En outre, c’est une forme d’accès au foncier et aux ressources naturelles qui  souvent relèvent du domaine des hommes.