Des médecins se portent volontaires auprès des réfugiés du Myanmar

20 octobre 2017
Journée internationale des Volontaires 2017
Environ 400 000 musulmans ont fui l’État de Rakhine au Myanmar pour rejoindre le Bangladesh. Des volontaires du Croissant-Rouge du Bangladesh se mobilisent pour répondre aux besoins de la population déplacée.
Rohingyas in Bangladesh (2017).
Des réfugiés rohingyas au Bangladesh (2017).
©

Menée par le Dr Mohsin Ahmed, une équipe médicale mobile du Croissant-Rouge du Bangladesh s’est installée au Bangladesh. Il nous explique que la nourriture, l’eau et les abris constituent les principales préoccupations des personnes qu’il suit, la plupart étant des femmes et des enfants.


 Ils ont besoin d’abris et de nourriture, mais notre priorité est leur santé. Ces personnes souffrent de fièvre, de diarrhée, d’infections bronchiques et respiratoires, mais aussi de malnutrition. Elles montrent également des signes de traumatismes psychologiques ", explique Mohsin Ahmed.


Parmi les réfugiés, on compte un nombre élevé de femmes enceintes et de nouveaux nés, ce qui a poussé le Dr Mohsin à recruter une sage-femme dans l’équipe. Aujourd’hui, elle voit plus de 200 personnes par jour. De plus, le risque de violence sexuelle étant élevé dans les camps, Mohsin Ahmed prévoit d’ajouter des méthodes de contraception d’urgence à ses stocks de médicaments.


Outre la distribution d’eau, de nourriture, de trousses d’hygiène et de matériau pour les abris, les volontaires sont également en charge de la construction également des toilettes. La Croix-Rouge prévoit d’accroître l’aide médicale avec des équipes mobiles supplémentaires, voire peut-être un hôpital de campagne pour soutenir les interventions d’urgence en eau et assainissement. Sur le terrain, la situation est urgente avec un risque d’épidémie élevé.


Par Corinne Ambler



Cette histoire a été publiée dans le cadre de la campagne pour la Journée internationale des Volontaires 2017 et a été traduite de l'anglais par la Volontaire en ligne de l'ONU Mélanie Wong.