22 juillet 2011
Après plus vingt ans passés dans une ONG française, le Togolais Tchein Ouagbeni a décidé de vivre d'autres expériences de développement. C'est à l'issue d'un long processus de recrutement qu'il fut admis comme Volontaire des Nations Unies national au Togo.
Séance d'information sur le programme de formation visant à renforcer les capacités de production au sein du groupement Lampougini au Togo. (Tchein Ouagbeni, programme VNU)

Dapaong, Togo:

Après plus de vingt ans passés dans une ONG française, j'ai décidé de vivre d'autres expériences de développement. C'est à l'issue d'un long processus de recrutement que je fus admis comme Volontaire des Nations Unies national au Togo.

Détaché pour le Ministère du Développement à la Base, de l'Artisanat, de la Jeunesse et de L'Emploi des Jeunes, pour être le point focal du Projet de Soutien aux Activités économiques des Groupements (PSAEG) dans la Région des Savanes, je fus basé à Dapaong pour exercer mon activité dans les cinq préfectures de la région.

Au départ, je n'avais pas réalisé que mon intervention auprès des groupements villageois auraitautant d'audience et d'échos positifs, et je ne m’étais pas non plus rendu compte à quel point le volontariat pouvait profiter à la fois aux communautés et au volontaire lui-même.

Aujourd'hui, c'est ce constat qui est fait. En effet en l’espace de dix mois passés avec les groupements, j'ai pu réaliser avec grande satisfaction, une bonne moisson.

Dans le cadre du Renforcement des capacités productrices des groupements, un état des lieux de 17 groupements a été réalisé, en vue d'identifier les problèmes organisationnels, de matériels et de gestion financière et aussi d'apprécier leurs acquis.

Le second résultat a été le remplacement des équipements défectueux par de nouveaux : un motoculteur et trois décortiqueuses de riz distribués aux groupements (Totin de Bagré, Goun-N'nä de Timbou et Mondo de Tantigou Barrage). Deux presses à huiles seront remplacées prochainement.

Parallèlement aux séquences de sensibilisation et d'information, deux sessions de formation furent organisées dans les préfectures de Tone et de Tandjoaré au bénéfice de 13 groupements villageois par préfecture, soit au total 26 participants par préfecture.

L'objectif fut de renforcer les capacités des responsables et des leaders des groupements en vue de les rendre plus compétents.

Pour atteindre cet objectif, ils ont reçu une formation sur le mécanisme des coopératives, le leadership, la communication dans les coopératives, la gestion des activités génératrices de revenus.

Dans la semaine, ils sont nombreux à défiler à la porte de mon bureau, pour s'informer, demander des conseils pratiques sur la vie associative. Cette expérience m'a beaucoup enrichi, car j'ai appris à connaître la communauté Moba, ses coutumes, son ardeur au travail, ses sentiments relationnels, ses tabous, ce qu'elle aime et ce qu'elle méprise.

J'ai réussi à développé des relations humaines au sein de cette communauté et je garderai un bon souvenir de beaucoup d'amis issus de cette communauté paysanne.

Au-delà de cette recette, j'ai pu renforcer mes compétences sur le mécanisme des coopératives. J’ai amélioré mes compétences pédagogiques de formation. Sur le plan des relations humaines, j'ai gagné de nouvelles amitiés au sein de la famille du programme des Volontaires des Nations Unies.

 

Par Tchein Ouagbeni

Afrique subsaharienne